X

2ème décès d’un chrétien en prison à Lahore en peu de temps

Un deuxième chrétien pakistanais a été retrouvé mort dans une prison de Lahore où il a passé deux ans suite à l’assassinat de deux musulmans soupçonnés à l’époque d’être impliqués dans les attentats contre des églises à Lahore.

Le 11 décembre dernier, environ 300 chrétiens ont assisté aux funérailles d’Usman Shaukat, un chrétien de 29 ans. Malgré des fortes pluies, ils s’étaient rassemblés à la « colonie Joseph » de Lahore, la capitale de la province du Punjab pour rendre un dernier hommage à Shaukat, mort en prison le 9 décembre dernier.

Le 15 mars 2015, deux bombes terroristes, l’une à l’église catholique St John et l’autre à l’église Christ Church ont tué au moins 15 personnes à Lahore. Une foule chrétienne a ensuite lynché deux musulmans, qui selon certaines revendication à l’époque, n’étaient pas impliqués avec les militants islamiques qui ont bombardé les églises.

Si aucune preuve n’a jamais permis d’établir que les hommes assassinés n’étaient que des passants, 42 chrétiens ont néanmoins été jugés sur les lynchages. Selon les dirigeants de l’Église, la plupart des personnes emprisonnées ont été arbitrairement arrêtées, n’ayant pas été identifiés dans l’enregistrement vidéo concernant cet assassinat.

En août, les autorités de la prison principale de Lahore ont affirmé qu’Inderyas Masih, un autre chrétien accusé de lynchage, était mort de tuberculose. Cette fois-ci, affirme UCAnews.com, ils ont soutenu qu’Usman Shaukat était mort d’une crise cardiaque.

Cependant, Kamran Shaukat affirme que son frère maintenant décédé était « parfaitement en bonne santé » quand ils l’ont rencontré en prison le lundi 4 décembre dernier.

« Ses deux filles, âgées de 3 et 5 ans, pleurent la mort de leur abbu (père) », a déclaré Kamran. « Nous sommes toujours sous le choc, mais nous ne blâmons personne. Notre affaire repose sur Dieu. »

Mais le pasteur Irshad Ashknaz, vicaire de Christ Church, craint pour la vie des autres détenus. Certaines rumeurs circulent concernant la cause de la mort « non naturelle » des décès en prison mais aucune preuve.

Il a noté que plusieurs familles avaient fui le district, craignant qu’il puisse y avoir de fausses accusations d’implication dans les lynchages des hommes musulmans.

« Nous avons tenu plusieurs réunions avec la police et des représentants du gouvernement, mais personne n’écoute », a déclaré le pasteur Ashknaz. « Nous sommes impuissants et ne savons pas quoi faire. »

Aftab Gill, secrétaire à l’information du Parti chrétien Masiha Millat (MMP), a également passé huit mois derrière les barreaux dans l’affaire des lynchages.

Il a déclaré que le traitement médical était toujours refusé aux chrétiens emprisonnés lors du procès.

« C’est une conspiration pour tuer tous les prisonniers chrétiens », a-t-il dit.

Isabelle Goepp :Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.