X

L’annulation de la condamnation à mort d’Asia Bibi compromise

L’incapacité du gouvernement pakistanais à résister aux revendications d’un groupe islamiste extrémiste met en danger les dernières chances d’annuler la condamnation à mort pour « blasphème » de la chrétienne Asia Bibi.

« La capitulation du gouvernement face à la pression des islamistes aura sûrement un effet négatif sur le cas d’Asia Bibi, car son appel devrait être examiné par la Cour suprême en décembre », a déclaré Saiful Malook, son conseiller principal au tribunal.

La recrudescence islamiste pourrait influencer les juges a encore déclaré Saiful Malook.

Face aux protestations violentes et au revendications du groupe extrémiste musulman Tehreek-e-Labbaik Ya Rasool Allah (TLYR), le gouvernement n’a pas opposé de résistance. De ce fait, les minorités religieuses dans le pays, et en particulier les chrétiens, sont en danger. En capitulant face a la pression et en assurant que les responsables ne feraient preuve d’aucune indulgence envers les personnes condamnées pour blasphème, l’État a tacitement accepté de faciliter son enregistrement comme délit.

C’est au cours d’un sit-in de protestation organisé par le religieux Khadim Hussain Rizvi sous la bannière de TLYR le 5 novembre dernier que plusieurs extrémistes ont revendiqué non seulement la démission du ministre fédéral Zahid Hamid mais également l’exécution d’Asia Bibi en attendant son procès en appel contre sa condamnation à mort par la Cour suprême. Une bien mauvaise nouvelle pour cette mère de famille chrétienne emprisonnée dans le couloir de la mort depuis 2010.

Isabelle Goepp :Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.