Science et religion

L’arrêt du soleil décrit en Josué 10 expliqué scientifiquement ?

Science et religion
  • Nov 23
  • 0

Dr. Jason Lisle, un astrophysicien chrétien a déclaré que les conclusions de deux physiciens britanniques affirmant pouvoir expliquer l’évènement qui s’est produit en Josué 10, le dater et en avoir vérifié l’historicité en utilisant des données astronomiques étaient fausses et ne s’alignaient pas avec le texte biblique.

Colin Humphreys de l’Université de Cambridge et Graeme Waddington de l’Université d’Oxford en sont convaincus, l’évènement décrit en Josué 10 v 12 – 14 correspondu à une éclipse solaire annulaire survenue le 30 octobre 1207 avant Jésus-Christ.

Dans ce texte biblique, il est écrit :

“Alors Josué parla à l’Éternel, le jour où l’Éternel livra les Amoréens aux enfants d’Israël, et il dit en présence d’Israël : Soleil, arrête-toi sur Gabaon, Et toi, lune, sur la vallée d’Ajalon ! 13 Et le soleil s’arrêta, et la lune suspendit sa course, jusqu’à ce que la nation eût tiré vengeance de ses ennemis. Cela n’est-il pas écrit dans le livre du Juste ? Le soleil s’arrêta au milieu du ciel, et ne se hâta point de se coucher, presque tout un jour. 14 Il n’y a point eu de jour comme celui-là, ni avant ni après, où l’Éternel ait écouté la voix d’un homme ; car l’Éternel combattait pour Israël. 15 Et Josué, et tout Israël avec lui, retourna au camp à Guilgal.”

Selon les conclusions d’une recherche parue dans la revue scientifique Astronomy & Astrophysics, l’évènement déconcertant que les Israélites ont vécu dans Josué 10 quand le soleil s’est arrêté pendant l’une des batailles du peuple d’Israël correspondrait donc, selon les deux physiciens, à une éclipse annulaire.

“Dans une éclipse annulaire, la silhouette du disque de la lune est entourée d’un mince anneau de lumière provenant du soleil ‘non éclipsée’ et le niveau d’illumination sur la Terre est à peu près équivalent au crépuscule”.

Parce que le mot hébreu pour “rester immobile” peut aussi se traduire par les mots “silencieux” ou “muet”, les physiciens britanniques disent qu’il est plausible que ce récit de Josué décrive l’éclipse solaire de 1207 avant Jésus-Christ quand “le soleil et la lune cessèrent de fonctionner normalement. ”

“En d’autres termes,” écrivent les scientifiques dans leur rapport, “le texte se réfère à une éclipse solaire, quand le soleil cessa de briller. Comme une éclipse solaire ne peut se produire que lorsque la lune est directement entre la terre et le soleil, la lune elle-même n’est pas visible et ne réfléchit donc pas la lumière du soleil vers la Terre, elle a cessé de briller.”

“Les traductions anglaises modernes, qui suivent la traduction King James de 1611, interprètent généralement ce texte comme signifiant que le soleil et la lune ont cessé de bouger”, a déclaré Humphreys, selon un communiqué de l’Université de Cambridge.

“Mais revenant au texte hébreu original, nous avons déterminé qu’une signification alternative pourrait être que le soleil et la lune ont juste arrêté de faire ce qu’ils font normalement : ils ont cessé de briller.”

Non seulement l’éclipse pourrait donner un sens au récit biblique, mais la date de 1207 avant Jésus-Christ. est corroborée par d’autres preuves suggérant que les Israélites faisaient la guerre aux Cananéens pendant cette période.

Selon les calculs des scientifiques, l’éclipse solaire était visible en fin d’après-midi et en soirée, à partir de 15h30 jusqu’au coucher du soleil. Pendant le pic de l’éclipse, 86% de la surface du disque solaire était recouverte par la lune.

Au fur et à mesure que l’éclipse progressait, les Israélites auraient été témoins d’un étrange crépuscule précoce qui a considérablement diminué la luminosité du soleil en fin d’après-midi. Le jour semblait donc s’être prolongé pendant que la luminosité du soleil était quelque peu reconstituée après le pic de l’éclipse, avant que l’obscurité n’enveloppe finalement la terre après le coucher du soleil.

“Dans les cultures pré-scientifiques, une telle déviation inattendue du comportement normal du soleil ne pouvait qu’inspirer la crainte et le changement perçu du niveau de la lumière ambiante se prêterait naturellement à la description de l’ordre normal des choses – à savoir, un crépuscule.

“Humphreys et Waddington ont écrit : “Ce dont les Israélites auraient été témoin était un double crépuscule. Si cela est accepté, cela semble être la plus ancienne éclipse de soleil enregistrée”, ont-ils souligné.

Toutefois, l’astrophysicien Jason Lisle, fondateur de l’Institut des sciences bibliques, a déclaré à Christian News Network que la conclusion avancée par Humphreys et Waddington «ne correspondait pas au texte biblique».

“Josué 10:13 utilise deux mots hébreux différents pour décrire l’arrêt du soleil dans le ciel ; un sens parle de cesser, l’autre parle de s’arrêter ou de rester immobile », a-t-il expliqué. “Ensemble, ils indiquent clairement que l’auteur voulait transmettre l’idée que le mouvement apparent du soleil a été arrêté.”

“En outre, le texte dit que” le soleil s’est arrêté au milieu du ciel (une indication claire que son mouvement apparent normal a été arrêté), et ne s’est pas empressé de descendre (pour continuer son mouvement diurne) pour environ une journée entière (la journée était donc bien plus longue que d’habitude)”, a poursuivi Lisle. “Ce n’est pas ce qui se passe pendant une éclipse solaire.”

Il a également souligné que parce que le soleil se tenait au milieu du ciel pour Josué, l’événement a probablement eu lieu vers midi. Or Humphreys et Waddington décrivent leur éclipse solaire comme se produisant entre 15 h 30 et le coucher du soleil, les deux événements ne pouvaient donc pas être les mêmes.

De plus, selon le scientifique chrétien du Biblical Science Institute, le verset 14 de Josué 10 déclare “Il n’y a point eu de jour comme celui-là, ni avant ni après, où l’Éternel ait écouté la voix d’un homme”. Or il y a eu beaucoup d’éclipses solaires depuis.

«Le texte signifie clairement la description d’un événement miraculeux qui ne se répétera jamais.”

Dr. Jason Lisle a déclaré que «parfois, les gens sont désireux de tout expliquer dans les Écritures par des phénomènes naturels.»

«Mais Dieu ne se limite pas aux processus naturels» a encore affirmé Lisle.

A propos de l’auteur

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.