Chrétiens d'Egypte

1000 personnes furieuses attaquent une église à Mina

Chrétiens d'Egypte
  • Nov 18
  • 0

Une foule furieuse de près de 1000 personnes a lancé une attaque contre une église copte récemment rénovée à Mina en Égypte, contraignant les chrétiens à verrouiller les portes du bâtiment pour leur propre sécurité. Cette action visait principalement à menacer et intimider les personnes qui s’y trouvaient.

Le 26 octobre dernier, la police a été appelée par l’église Saint-George de Mina, attaquée par une foule de près de 1000 personnes furieuses. Pour des raisons de sécurité, les portes de l’église ainsi que la garderie pour enfants ont été fermées à clé.

Malgré l’agression de la foule, ce sont les coptes qui ont été tenus responsables de l’incident.

Un peu plus tôt dans la semaine, les responsables de la congrégation copte de la région ont reçu une invitation les contraignant à assister à une réunion de paix, une rencontre qui visait à mettre fin au conflit entre ce groupe chrétien et la communauté musulmane locale.

Une source proche de l’église a déclaré :

“Les coptes ont dû accepter la réconciliation qui aura lieu ce soir dans la salle des fêtes. Un accord écrit a été présenté qui indiquait un cadre de convivialité, d’amour et de fraternité.
Une réconciliation et une dérogation concernant tous les désaccords entre les deux parties doivent être signées, y compris une clause de  non-provocation”.

La “clause de non-provocation” est particulièrement controversée, car des critiques affirment qu’elle soutient les tentatives de fermer les églises coptes par des moyens sinistres.

Concernant la réouverture de l’église Saint-Georges, c’est précisément des messages provocateurs affichés à travers la région qui auraient été écrit par les dirigeants coptes qui a conduit à la fermeture de ses portes.

Sur l’un de ces dépliants, on pouvait lire : “nous avons rouvert l’église contre votre volonté !”

D’après les dirigeants coptes locaux, les messages auraient été écrits par des musulmans dans le but de susciter la colère contre leur église.

Le chef copte de la région a constaté que les autorités ne faisaient rien pour traduire les responsables en justice.

Anba Macarius a déclaré :

“Les églises sont fermées, les chrétiens coptes sont attaqués et leurs biens détruits, et il n’y a pas de moyen de dissuasion. Les coptes paient toujours le prix de cette coexistence, pas les agresseurs.”

Il a ajouté :

“Les réactions des officiels sont décevantes, et quand il y a un conflit ou une attaque, la première alternative est de fermer l’église et de faire pression sur les coptes en toute impunité pour les agresseurs.”

Les chrétiens coptes, qui représentent environ 10% des 90 millions d’Égyptiens, se plaignent depuis longtemps de la discrimination exercée par les dirigeants égyptiens successifs.

A propos de l’auteur

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.