Chrétiens du Pakistan

Cinq familles chrétiennes pakistanaises contraintes de fuir leur village

Chrétiens du Pakistan
  • Nov 07
  • 0

Cinq familles chrétiennes du village reculé de Sukheki au Pakistan ont été contraintes de se cacher après les menaces de mort lancées à l’encontre d’un jeune-homme de 18 ans appartenant à l’une d’elles. Une page postée sur Facebook attribuée à une chaîne de télévision pakistanaise l’accusait faussement de blasphème contre l’islam.

Sonu Arshad vit dans le village reculé de Sukheki, une petite bourgade située dans un lieu reculé à 200 kilomètres au nord de Lahore. Il appartient à l’une des cinq familles chrétiennes du village, les seuls disciples de Jésus dans cet endroit.

Au début du mois de novembre, une page Facebook prétendant être celle d’une chaîne de télévision locale a diffusée la photo de ce jeune chrétien de 18 ans en l’accusant de blasphème et demandant aux habitants de “brûler son église et de lui infliger la peine de mort a rapporté World Watch Monitor.

Suite à cette accusation et à ces menaces de morts, les cinq familles chrétiennes du village ont fui pour aller se cacher.

Après la diffusion de cette page, en effet, une foule s’est formée à la suite des prières du vendredi de la communauté musulmane locale. Selon les déclarations du chef de la police de Daska à World Watch Monitor, la situation était maintenant “sous contrôle”. Une affaire policière a par ailleurs été déposée contre les personnes non identifiées jusqu’à aujourd’hui qui ont créé la fausse page Facebook.

“Il n’y a aucune preuve qu’Arshad a commis un crime”, a déclaré Tahir Hussain. “Il s’agit d’une fausse campagne et l’affaire a été transmise à la Federal Investigation Agency pour identifier ceux qui ont fait cette fausse page Facebook.”

Madhani, la chaîne de télévision dont les logos ont été frauduleusement utilisés n’a pas commenté ou répondu à cette usurpation de son identité, raison pour laquelle l’affaire n’a pas été relayée par les médias pakistanais traditionnels pour aider la communauté chrétienne.

Le conseiller chrétien local Naseer Ghulam a déclaré qu’il n’avait “aucune connaissance de la situation”.

“Personne ne connaît la cause de l’accusation d'[Arshad] à travers cette campagne de dénigrement”, a-t-il ajouté.

La loi sur le blasphème au Pakistan qui est l’une des plus sévères au monde est régulièrement utilisée, de manière frauduleuse et disproportionnée contre les minorités religieuses.  Pourtant, les autorités ne souhaitent d’aucune manière la révoquer. Le ministre fédéral pakistanais des Affaires religieuses et de l’Interconfession Harmony a déclarée que cette loi “ne peut être révoquée”. Le gouvernement s’est contenté de mettre en place un organisme de régulation pour surveiller les contenus “blasphématoires”.

Le Pakistan figure à la quatrième place de l’Index mondial de persécution contre les chrétiens 2017, ce qui le fait arriver en tête des pays dans lesquels il est le plus difficile d’être chrétien. Plusieurs chrétiens ont été tués suite à des accusations de blasphème, et d’autres ont été emprisonnés, dont notamment Asia Bibi, qui achève sa huitième année de prison et continue à être dans le couloir de la mort depuis 2010.

A propos de l’auteur

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.