Chrétiens d'Orient

Une musulmane guérie par Jésus expérimente une grande joie

Chrétiens d'Orient
  • Juin 13
  • 0

Abusée dès son enfance, poursuivie plus tard par des esprits maléfiques et atteinte d’un cancer des os, Seydath, une jeune musulmane n’avait plus aucun espoir… mais elle va être touchée, libérée et guérie par Jésus grâce à la visite de chrétiens à l’hôpital.

L’histoire de Seydath (nom changé pour des raisons de sécurité) est rapportée par l’organisation Bibles for Mideast, une organisation souterraine travaillant au Moyen-Orient dans l’implantation d’églises.

Seydath a grandi dans une famille musulmane fondamentaliste en Asie centrale. A seulement six ans, son père meurt, et sa mère se remarie un an plus tard. Alors que Seydath grandit et devient une belle jeune-femme, les attentions indésirables de son beau-père deviennent rapidement insupportables. Pourtant, bien qu’ insécurisée, elle n’a aucun moyen d’échapper.

Alors qu’elle n’a que treize ans, son beau-père et l’imam de la mosquée locale conduisent un homme âgé au domicile de la famille pour une visite. Après avoir vu Seydath, le vieil homme arabe décide qu’elle devait être sa prochaine épouse. Moyennant une certaine somme, sa mère et son beau-père vendent la jeune-fille au visiteur qui retourne au Moyen-Orient avec elle. Elle est sa cinquième épouse, qui est bien plus jeune que ses autres épouses et plus jeune que ses petits-enfants.

Lorsque le vieil homme meurt quatre ans plus tard, les autres femmes et leurs enfants forcent Seydath à devenir leur servante. Isolée et sans moyen de subsistance, sans nourriture et soins appropriés, Seydath doit élever son enfant. Un jour, il développe une pneumonie et meurt rapidement en raison du manque d’attention médicale. Seydath n’a en effet aucune idée de la façon d’aborder les autorités, d’obtenir une aide de quiconque, et n’avait, comme étrangère dans ce pays, aucun contact avec les autochtones.

Au fur et à mesure que les années passent, Seydath persévère malgré la souffrance et lutte pour survivre.
À 40 ans, Seydath est atteinte d’une douleur qui s’accroît au fur et à mesure du temps qui passe. Dans la famille où elle a tant travaillé, personne ne s’occupe d’elle pour la soigner. A un moment, la douleur devient tellement invalidante qu’elle ne peut plus rien faire. Elle finit par être admise à l’hôpital où les médecins diagnostiquent un cancer des os au stade terminal. Aucun membre de la famille arabe ne la visite et ne semble préoccupé par le fait qu’elle est en train de mourir.

Pendant cette période, Seydath commence à faire des rêves et avoir la vision d’esprits maléfiques allant et venant, attaquant son corps, augmentant sa douleur et se riant d’elle. Quand les médecins et des infirmières sont venus, elle s’imaginait qu’ils étaient des agents de la mort et criaient avec terreur.

Un jour, plusieurs chrétiennes travaillant avec Bibles pour Mideast l’ont visité dans le cadre de leur évangélisation régulière à l’hôpital. Dans son délire, Seydath pensait qu’elles étaient aussi des forces du mal. Elle criait comme elle l’avait fait avec le personnel de l’hôpital. Les femmes ont alors simplement légèrement reculé de son lit et ont commencé à prier sérieusement. Un ange est apparu tout à coup à Seydath, lui souriant et lui tendant la main pour la toucher :

“Ne t’inquiète pas. Sois en paix, dit l’ange doucement. “Tu as un grand guérisseur, le Seigneur Jésus. Il te soignera par ses meurtrissures. Fais confiance à Jésus et crois en Lui.”

Après la disparition de l’ange, Seydath a senti une paix profonde l’envahir. Elle regarda les femmes tenant leurs bibles et qui priaient. Elle savait maintenant qu’elles devaient être des agents de guérison et de vie, et non des agents de mort. Alors elle les a appelés.

“Qui est ce Seigneur Jésus, le grand guérisseur ?” leur a-t-elle demandé

Les chrétiennes lui parlent alors de Jésus-Christ et de sa mission. Elle a écouté, mais en tant que musulmane pratiquante, elle ne pouvait pas accepter son message. Le Jésus dans lequel elle croyait était un prophète, et non le Fils de Dieu.

“J’attends ma mort», leur a-t-elle dit. “Je ne crois pas à votre Jésus et je ne veux pas aller en enfer comme un Kafir [qui ne croit pas en l’Islam]. Je crois seulement en Allah et son prophète Mohammad. Alors, laissez-moi tranquille.”

Ce soir-là, un petit groupe de croyant de Bibles for Mideast s’est rassemblé dans une église souterraine et a prié pour elle toute la nuit.

Le lendemain, les pasteurs Peter et James l’ont visité à l’hôpital. Alors qu’ils entraient dans sa chambre, elle avait rêvé et a senti les esprits maléfiques se déchaîner contre elle. Elle a ouvert les yeux et au fur et à mesure que les pasteurs s’approchaient, les fantômes malins fuyaient.

Le pasteur Peter a encore une fois parlé de Jésus, du Seigneur et  Sauveur ressuscité.

“Jésus a été crucifié sur la croix du Calvaire, est mort et ressuscité des morts pour nous sauver de l’enfer et nous donner la vie éternelle”, a t-il expliqué à Seydath. “Il est celui qui est assis à la droite du Dieu Père Tout-Puissant pour recevoir son peuple au ciel. Il vit et fait des miracles. Par ses meurtrissures, nous sommes guéris. Si tu acceptes Jésus comme ton Seigneur et ton Sauveur, tu seras sauvé. “

Les deux pasteurs ont ensuite partagé leurs propres histoires dramatiques de conversion de l’islam.

Seydath écouta attentivement, restant silencieuse. Lorsque les pasteurs ont demandé la permission de prier pour elle, elle a consenti, car chaque fois qu’ils parlaient, elle pouvait ressentir une très grande paix et était soulagée de sa douleur

Alors que les pasteurs priaient, elle s’est endormit. Elle a rêvé que Jésus est apparu devant elle et l’a touché doucement de la tête aux pieds avec ses mains percées. Il lui a ensuite demandé de se lever du lit et d’être son témoin.

Les pasteurs priaient encore quand elle s’est réveillée. Elle se leva et s’agenouilla près du lit :

«Je crois en Jésus comme mon sauveur personnel et Seigneur ! Il a vraiment été crucifié, est mort et est ressuscité pour moi. À partir de maintenant, Lui seul est mon Sauveur. D’une seule voix, les trois s’écrièrent : “Amen!”

Seydath est maintenant responsable d’un groupe de maison de Bibles for Mideast, où ils adorent Jésus et étudient la Parole de Dieu.

“Jamais dans ma vie je n’avais expérimenté un tel bonheur”, dit-elle avec conviction. “Mon Seigneur Jésus m’inonde vraiment d’une grande joie. Louez soit son Nom !”

A propos de l’auteur

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.