Chrétiens du Pakistan

Un chrétien pakistanais accusé de blasphème risque 10 ans de prison

Chrétiens du Pakistan
  • Jan 16
  • 0

Un chrétien pakistanais pourrait faire face à 10 ans de prison voire être condamné à la peine de mort parce que des pages déchirées d’une copie du Coran portant son nom ont été trouvées en dehors de son domicile.

Babu Shahbaz Masih, un chrétien de 40 ans qui habite le district de Kamahan à Lahore, a été arrêté le 30 décembre sur signalement à la police d’un voisin musulman, selon une information publiée sur World Watch Monitor.

Georges Mashih, son frère aîné, qui est propriétaire d’un terrain adjacent à l’épicerie où il travaille a raconté que la police, évoquant des raisons de sécurité, avait également arrêté la femme et les enfants de Babu Shahbaz Masih.

Il a également affirmé que sa famille avait eu un long conflit avec le plaignant musulman, Hajji Nadee qui convoitait la terre des Masih.

Selon le témoignage d’un militant local des droits de l’homme recueilli par World Watch Monitor, «la terre est une parcelle d’angle, qui a une certaine valeur commerciale.»

D’après les habitants du village, Hajji Nadee observait depuis un long moment ce petit terrain. Parce qu’il pressentait qu’il pouvait y avoir un danger pour lui-même, Georges Masih a donné cette terre à l’église, ce qui a conduit les villageois à se moquer de l’échec d’Hajji Nadee à acquérir le terrain.

Le voisin musulman a dès lors cherché tous les moyens possibles pour se venger de cette insulte.

George Masih a ajouté : “Parce que Babu Shahbaz Masih a acquis une réputation de guérisseur, les musulmans locaux ont pris l’habitude de le visiter, ce qui était inacceptable pour de nombreux musulmans locaux.”

Pour assouvir sa vengeance, Hajji a commencé à répandre la rumeur selon laquelle Shabbaz lui avait irrespectueusement tiré sa barbe, qu’il porte à cause de la tradition liée au prophète et l’avait donc insulté. Il l’a ensuite accusé de blasphème pour avoir trouvé, près de sa maison, une page du Coran déchiré lui appartenant.

Dans un nouveau rapport paru récemment, Amnesty International affirme que les lois sur le blasphème au Pakistan sont incompatibles avec les droits de l’homme. La plupart des cas de blasphèmes dans ce pays sont en effet basés sur de fausses accusations découlant de problèmes de propriété ou d’autres problèmes personnels et familiaux plutôt que de vrais exemples de blasphème.

A propos de l’auteur

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.