Science et religion

Le papyrus parlant de la femme de Jésus est un faux

Science et religion
  • Juin 25
  • 2

Le Dr Karen King, un professeur de Harvard, qui avait rendu public en 2012 un rapport sur un ancien fragment de papyrus copte qui ferait référence à l’épouse de Jésus, vient d’admettre que ce document était probablement un faux. Après s’être battue pour prouver son authenticité, la chercheuse fait finalement marche arrière.

Il y a 4 ans, le Dr Karen King éditait un texte intitulé “l’évangile de la femme de Jésus” sur lequel elle prétendait qu’un papyrus copte daté de 741 après Jésus-Christ faisait référence à la femme de Jésus. Rapidement, suite à la parution de son article, un certain nombre d’experts avait remis en cause l’authenticité de ce document. Face à ses contradicteurs, la chercheuse s’est battue pour prouver que ce texte ancien était vrai mais ce 16 juin 2016, elle a déclaré :

“la balance penche du côté de la contrefaçon”.

La reconnaissance du fait que ce papyrus est un faux fait suite à une enquête publiée par The Atlantic sur Walter Fritz, le propriétaire du fragment. Après la diffusion de cet article, le Dr Karen King a réagit :

“Il semble maintenant que tout le matériel que Fritz m’a donné quant à la provenance du papyrus … a été fabriqué.”

La controverse est née suite à la découverte d’un fragment de papyrus de la taille d’une carte de visite daté à 741 après Jésus-Christ (datation au carbone 14) sur lequel se trouverait écrit :

“et Jésus leur a dit : “Ma femme”, et plus loin : “elle sera en mesure d’être mon disciple”.

Ce papier ferait également référence à “Mary” (selon les interprétations Marie-Madeleine).

Si Walter Fritz, le propriétaire de ce papyrus nie l’avoir falsifié, de nombreux chercheurs ont contesté son authenticité au cours de ces quatre dernières années.

Un journal édité par l’Université de Cambridge, section études du Nouveau Testament a notamment consacré, l’année dernière, une édition spéciale concernant la polémique suscitée autour de ce papyrus, à laquelle ont contribué de grands spécialistes fournissant des critiques accablantes du fragment.

L’un des experts, le Dr Christian Askeland, chercheur américain de l’Université de l’Indiana Wesleyan a montré au cours d’une étude approfondie du texte que le papyrus était écrit avec la même encre, le même outil d’écriture qu’un fragment de l’ Évangile de Jean, écrit dans le dialecte lycopolitain copte datant de 1924.

Ce dernier a été copié presque exactement d’un document publié  sur internet portant sur un autre fragment datant de 1924 intitulé : “l’Évangile de Jean” trouvé dans un bocal à QAU el-Kebir l’année précédente. Askeland a fait valoir que puisque les deux ont été écrits par la même personne et que l’un est certainement un faux, l’autre le serait de la même manière.

Le Dr Karen King, même si elle admet que les données actuelles appuient le fait que le papyrus contenant des éléments sur la femme de Jésus est sans doute un faux, déclare cependant qu’une conclusion “totalement définitive” sur le sujet ne pourra être donnée que si des preuves scientifiques attestent que le papyrus est bien truqué.

 

A propos de l’auteur

Commentaires

  1. Hilarion

    Hilarion

    Réagissez !

    Continuez à vous contredire et à desinformer les gens ne vous apporte rien. Ce Dieu qui a inspiré ses serviteurs pour écrire ces textes est le vrai Dieu qui fonctionne avec sa parole. Ne prenez pas le risque de le combattre. Vous êtes perdant d’avance et il ne change pas. Son amour reste valable.

  2. koama

    koama

    Réagissez !

    les incredules vont tenter a destabiliser notre foi mais si Dieu est pour nous qui pourra nous vaincre.

Laisser un commentaire

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.