Interview

Interview de Pathy Situazola Makanga

Interview
  • Oct 29
  • 0

Le pasteur Pathy Situazola Makanga est l’un de nos correspondants en Afrique. Nous lui avons demandé de se présenter aux lecteurs du Journal Chrétien.

Journal Chrétien : Bonjour Pathy Situazola, pourriez-vous vous présenter aux nombreux abonnés et lecteurs du Journal Chrétien ?

Pathy Situazola Makanga : Bonjour bien-aimé journaliste. Avant de me présenter, je tiens d’abords à dire Merci à Dieu pour ses bontés renouvelées ce matin, et pour cette riche occasion qu’il nous donne d’être reçu par le Journal Chrétien.
En ce qui me concerne, je suis Pathy Situazola. Un des Pasteurs des Assemblées de Dieu en République Démocratique du Congo. Je suis marié à Madame Rébecca Situazola et père d’une jolie fille au nom de Réthys Sotéria.

JC : Cher pasteur, pouvez-vous nous parler de votre cursus académique ?

PSM : Je suis gradué en Sciences Commerciales et Financière. J’ai également une Licence en Informatique Appliquée. Du côté séculier, j’ai eu à travailler en tant que Enseignant et Formateur dans un Lycée Catholique. Ensuite successivement comme Web Manager, journaliste à la presse écrite, Technico-Commercial et enfin comme Web communicant dans certaines S.P.R.L. de la place.
Du côté ministériel, je suis éditeur de « Sur Ta Parole », un magazine chrétien publié par les Ministères Chrétiens Epée de l’Esprit, et l’un des Conseillers de Top Chrétien pour la Zone d’Afrique Francophone. Dommage, ce sont là les charges que je ne sais plus régulièrement assumer comme avant suite aux exigences de l’exercice du ministère pastoral et mes autres occupations.
En plus de diplôme de Théologie Pratique que j’ai obtenu à l’Institut Biblique International (IBI) ; je poursuis encore d’autres études théologiques à la Faculté des Théologies des Assemblés de Dieu (FATAD).

JC : Vous avez dit que vous êtes Pasteur des Assemblée de Dieu. Et quelle est votre église d’attache dans laquelle vous exercez votre ministère ? Puisse que les Assemblées de Dieu compte plusieurs églises à travers le monde.

PSM : Certes, l’église où j’exerce mon ministère pastoral est ‘’ Centre Missionnaire Philadelphie, extension de Boma’’. Elle est située en plein centre-ville de Boma dans la province du Kongo Central dans la partie Ouest de la RD Congo. Notre église mère ’’Centre Missionnaire Philadelphie’’ se trouve à Kinshasa la capitale, et est dirigée par mon père spirituel, le Révérend Roland DALO, l’Homme Modèle aux pieds de qui je ne cesse d’apprendre sur les principes clés du succès dans le Ministère.

JC : Aimeriez-vous nous parler en peu de lignes de votre conversion et de vos premiers pas dans le Seigneur ?

PSM : J’ai eu la grâce de connaître Christ en 1989 à l’aide d’une brochure de Campus pour Christ « Connaissez-Vous Les 4 Lois Spirituelles ?» que ma maman (biologique) Isabelle Makiese partagea avec moi et mes petits frères. C’était juste après son retour d’une retraite de prière des Mamans à laquelle elle avait également pris part.

JC : Donc, c’est votre maman qui vous a amené dans le Seigneur ? Quelle grâce !

PSM : Sûrement, j’ai eu cette grâce d’être conduit dans le Seigneur par ma mère. Dès lors, j’ai commencé à fréquenter l’Ecole du dimanche (Ecodim) de la Paroisse Protestante de l’ISTA (Aumônerie Universitaire de l’Institut Supérieur des Techniques Appliquées), là où toute notre famille priait. Et vers 1994, je serai baptisé par le Pasteur Way-Way, qui à l’époque dirigeait cette Paroisse Protestante ; une fois voyagé en Europe pour des raisons d’études, il sera remplacé par le Rév. Pasteur Ndalamba qui est encore là jusqu’à ces jours.

JC : Et qu’en est-il de vos débuts dans le ministère ?

PSM : J’avais commencé à servir Dieu en tant qu’évangélise au Centre Missionnaire Peniel sous la direction du pasteur Tristan Mayunga. Au départ, nous étions une cellule de la Paroisse Protestante de l’ISTA, et arrivé en 1999, suite aux directives divines, nous étions devenus une église locale. J’y étais responsable de département de la Jeunesse, et un des anciens de l’église. Et particulièrement, j’avais beaucoup appris à côté de cet homme de Dieu, le Rév. Tristan, notamment en ce qui concerne l’organisation de l’église.

JC : Et comment vous vous retrouvez aujourd’hui aux pieds du révérend Roland DALO, et jusqu’à devenir Pasteur Responsable de ‘’Centre Missionnaire Philadelphie, extension de Boma’’ ?

PSM : C’est par grâce, uniquement par pure grâce. En fait, le 1er Décembre 2007 est le jour où le Saint-Esprit m’a poussé à prendre une décision à la fois triste et ferme, celle de tout abandonner, de tout quitter et de m’isoler pour en savoir un peu plus sur ma destinée, qui jusque-là ne m’était pas encore pleinement révélée. J’ai eu à expérimenter d’une manière particulière le « Hébreux 11.8 : C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait. ». Je ne savais rien de ce que cette décision me réservait.

JC : Et pendant ce temps, vous faisiez quoi et comment ?

PSM : Pendant ces temps, j’allais d’une église à une autre, car je ne supportais pas de rester toujours dans la maison, surtout pas le Dimanche. Je n’avais pas d’église fixe. J’avais fait plus ou moins trois mois dans cet état d’isolement en train de chercher les directives de Dieu pour ma destinée.
En Janvier 2008, un aîné dans le ministère au nom de Cyrile Yenga, me connaissant bien, il va réussir à me contraindre de faire la Théologie à l’Institut Biblique International.

JC : Cet homme de Dieu, Cyril a réussi à vous contraindre. Donc ce n’était dans vos projets ?

PSM : Surtout pas, pas du tout. Ce n’est que quelques mois après avoir commencé ces études théologiques que je réaliserais que cet homme était envoyé par Dieu pour me placer sur le chemin de la destinée.

JC : Pendant ce temps, vous étiez toujours sans église fixe ? Et comment est-ce que cette situation a pris fin ?

PSM : Cette situation avait cessé vers la fin du mois de février 2008. Plus précisément le jour où j’avais vu dans mon quartier une affiche qui annonçait le culte inaugural et le premier séminaire biblique dans une église des Assemblées de Dieu que le pasteur Roland Dalo implantait dans la ville au nom du Centre Missionnaire Philadelphie. En lisant l’affiche, j’ai entendu l’Esprit me dire : « Pathy, c’est dans cette nouvelle église que tu évolueras».
Au culte inaugural, un certain dimanche 24 Février 2008, j’étais là présent au Centre Missionnaire Philadelphie, église de la 37ème Communauté des Assemblées de Dieu au Congo. En voyant la foule qui y était venue, et les serviteurs de Dieu qui entouraient le Révérend Roland Dalo, j’ai commencé à avoir des doutes au fond de moi et à demander à Dieu, si réellement ma place était dans cette nouvelle église. Et sa réponse était affirmative.
Dès lors, j’ai commencé à fréquenter régulièrement et calmement ma nouvelle église d’attache « Le Centre Missionnaire Philadelphie », et avec le temps j’ai aussi pris l’initiative de commencer à publier périodiquement les messages du pasteur Dalo dans un magazine chrétien « Sur Ta Parole » que j’éditais à l’époque sur l’internet.

JC : Il semble que ce n’était pas facile au début ; N’est-ce pas qu’il falait prendre du temps pour se fondre dans la communauté ?
PSM : Exactement. Et vous savez quoi ? En janvier 2011, trois mois après la fin de mes études théologiques, le Pasteur Tsimba Bifu, un de mes anciens encadreurs depuis la Paroisse Protestant de l’ISTA, à l’Aumônerie Universitaire me demandera officiellement au Pasteur Roland Dalo pour que j’aille passer mon stage dans son église, la Communauté Evangélique des Vainqueurs (CEV) pour une durée de 6 mois, et former le Département de la Jeunesse. Et c’est là où, vers la fin de mon stage, je vais me marier le 18 Juin 2011 avec Rebecca Muendo Ngoma, celle qui était ma chère fiancée depuis mon église de provenance, avant d’aller faire le stage, le Centre Missionnaire Philadelphie.
De retour au Centre Missionnaire Philadelphie après mon stage, le Pasteur Roland Dalo me chargera de travailler sur le projet d’implantation de notre extension dans la ville de Boma. C’est alors vers la fin du mois de mars 2012, après un temps d’épreuves sérieuses et d’éducation missionnaire assidue, ma femme et moi quitterons la ville de Kinshasa pour nous rendre dans la ville de Boma, une ville située à 470 de Kinshasa, envoyé en tant que Pasteur pour diriger le Centre Missionnaire Philadelphie/Boma avec mission de couvrir toute la province du Kongo-Central.

JC : Quel parcours édifiant ?

PSM : Exactement. Et aujourd’hui, Dieu ne cesse de nous faire grâce. L’œuvre avance très bien, malgré les défis liés au ministère. Cette année, le Centre Missionnaire Philadelphie – Boma a totalisé trois ans d’existence. Et nous avons réussi cette même année à implanter une autre nouvelle église dans la ville de Matadi à 125 kilomètres de Boma. Et l’année prochaine, nous implanterons une autre église au territoire de Moanda situé 117 kilomètres de Boma. Et ainsi de suite jusqu’aux extrémités de la terre.

JC : Merci beaucoup cher Pasteur Pathy Situazola pour ce témoignage riche et édifiant. Juste un dernier mot pour clore notre interview.

PSM : Je vais juste dire merci à Dieu pour sa grâce infinie, merci à mon Père, le Révérend Roland DALO pour cette confiance énorme à mon égard. Il a cru en ma destinée, il a vu en moi ce que moi-même je ne savais pas voir. Je dis aussi un grand merci à toute l’équipe de Journal Chrétien, et plus particulièrement à mon cher frère Pasteur Aloys Evina. Et merci à tous les lecteurs et abonnés du Journal Chrétien.
Que Dieu vous bénisse !

JC : Merci, et à la prochaine.

A propos de l’auteur

Laisser un commentaire

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.