Chrétiens du Soudan

Soudan : la condamnation pour indécence d’une chrétienne annulée

Chrétiens du Soudan
  • Oct 18
  • 0

La condamnation pour indécence publique de Ferdoos Elthoum, une femme chrétienne au Soudan a finalement été annulée. Elle avait été arrêtée le 25 juin avec 11 autres femmes à la sortie d’un culte dans une église de Khartoum.

La condamnation pour indécence publique contre Ferdoos Eltoum annulée

La loi islamique en vigueur au Soudan impose aux femmes de ne montrer que leurs mains, leurs pieds et leur visage. Strictement appliquée dans la capitale soudanaise, les contrevenantes s’exposent, en vertu de l’article 152 du code pénal soudanais, à être jugée coupables de porter des vêtements indécents ou immoraux.

La difficulté de cette loi est qu’elle est suffisamment vague pour amener des jugements subjectifs qui dans la pratique peuvent être discriminatoires, principalement vis à vis des minorités religieuses et ethniques comme c’est le cas pour l’accusation portée contre Ferdoos Elthoum.

Les jeunes-femmes chrétiennes, qui portaient des jupes et des pantalons à la sortie de leur église, ont été contraintes, après avoir été arrêtée, à se déshabiller à la station de police afin de laisser les preuves de leur infraction du règlement.

Lors du procès de Ferdoos Elthoum qui s’est tenu le 6 Juillet, le juge n’a finalement pas statué sur la charge initiale portée contre la chrétienne, mais sur un deuxième chef d’accusation pour indécence publique basé sur les vêtements que portait Ferdoos au cours de l’audience. Elle a été condamnée à payer une amende de 500 livres soudanaises correspondant à 54 euros.

Selon un communiqué du tribunal paru le 14 octobre, un nouveau juge a annulé la peine portant sur le deuxième chef d’accusation pour les prévenantes qui avaient fait appel de cette décision. Les avocats de Ferdoos Elthoum ont cependant dû faire appel d’une sanction qu’elle a reçue le 13 juillet correspondant à l’accusation portée initialement contre elle. Elle a été condamnée à verser une autre amende de 500 livres soudanaises, en plus d’une peine avec sursis et de 20 coups de fouet.

Christian Solidarity Worldwide (CSW), qui a suivi cette affaire a déclaré que les accusations d’indécence publiques sont portées et de manière totalement disproportionnée principalement contre les minorités ethniques et religieuses au Soudan.

Si Mervyn Thomas, le chef de la direction de la CSW,  salue l’annulation de peine pour au cours de l’audience initiale pour Ferdoos Eltoum, il appelle à une plus grande liberté pour les citoyens soudanais, et notamment en matière de non-discrimination sur la base de la religion ou de l’appartenance sexuelle, un principe inscrit dans l’article 2 de la charte africaine sur les droits des peuples.

 

 

A propos de l’auteur

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.