Chrétiens persécutés

Au Vietnam, les chrétiens perdent souvent tout à cause de leur foi

Chrétiens persécutés
  • Nov 11
  • 0

Au Vietnam, un pays où la persécution est en hausse constante, les chrétiens perdent souvent tout à cause de leur foi. Tel est le cas de l’évangéliste Vang Atu *, un croyant de la Tribu Hmong dont Open Doors USA a relaté l’histoire.

Vang Atu * (nom changé pour des raisons de sécurité), un jeune père de deux enfants âgé de 28 ans, a été le premier chrétien converti dans son village. Il vient de la tribu Hmong, une province située au Nord du Vietnam. A la recherche de chance, de richesse, d’une bonne santé et de nourriture etc…, il adorait, comme animiste, toute sorte d’esprits différents.

Quand il a confié sa vie à Jésus, il a cependant complètement abandonné ses croyances animistes pour suivre le Christ.

Transformé par l’évangile, Vang Atu a commencé à partager sa nouvelle foi avec d’autres personnes dans son village et au moins quatre familles sont devenues des disciples du Christ. La maison de Vang Atu a alors été utilisée comme lieu de culte et de communion fraternelle.

Un jour d’avril 2016, pourtant, la vie de la famille Atu et d’une autre famille qui était également venue à la foi a basculé. Tôt ce matin-là, de nouveaux convertis en Christ, Thao Apao * et son fils, se sont joints à la famille Atu pour une réunion de prière. Peu après, le frère d’Apao l’a désavoué et sa communauté a persécuté sa famille pour avoir cru en Jésus-Christ. Ils ne se sont pas arrêtés là. Après avoir été battu, Thao Apao a reçu un avis d’expulsion. Les autorités locales et les villageois menés par le frère de Vang Atu ont également attaqué l’évangéliste.

“Mon frère, qui est un incroyant, a pris une robuste batte de billard d’environ un mètre et demi de long, et m’a frappé fort sur la jambe et le bras.” a expliqué Vang Atu à Open Doors USA. J’ai utilisé ma main pour bloquer la batte, et mon bras inférieur s’est cassé. Le sang coulait sur moi », raconte Vang Atu, montrant son bras droit marqué et fracturé.

Malgré l’acte violent de son frère, le désir de Vang Atu de représenter Jésus surpassait la haine qu’il ressentait pour son frère :

“Pendant que mon frère me frappait, j’étais en colère. Mais j’ai réalisé que je suis fils de Dieu et je ne devais pas me battre pour qu’un jour je puisse témoigner à mon frère de la bonté du Seigneur dans ma vie. “

Le même jour, à midi, les autorités locales ont également battu Vang, et les villageois ont détruit la maison de sa famille, brisant le plafond, les murs, les portes et les fenêtres en bois. La destruction  avait deux buts principaux : faire honte à la famille Atu et avertir les autres villageois que la même chose leur arriverait s’ils croyaient en Jésus.

“J’ai senti que le gouvernement était injuste. Je me sentais un peu en colère à ce moment “, se souvient Vang. “Mais j’ai été corrigé. Je suis déjà chrétien, et je ne devrais pas chercher à me venger de ce qu’ils m’ont fait. Je devrais juste quitter le village. “

Bien qu’Atu ait également reçu un avis d’expulsion immédiate, la famille n’avait pas l’argent pour quitter le village, ceci d’autant plus que parce qu’il était chrétien, il ne pouvait pas les vendre :

“Le gouvernement m’a dit qu’ils prendraient ma terre et mes animaux parce que je crois en mon Dieu. Mais Dieu pourvoira. “

Et Dieu a été fidèle à ses promesses. Quelques semaines après avoir perdu leurs maisons, en effet, n’ayant plus rien sauf la foi, Vang Atu et Thao Apao ont voyagé avec leurs familles au centre du Vietnam après avoir entendu que d’autres croyants pourraient être en mesure de les aider.

Là, ils ont rencontré le Pasteur Trang * qui les a volontairement accueilli chez lui. En mai 2017,  à l’occasion d’une formation sur le programme Strong Doors Through The Storm (SSTS) qu’Open Doors offre aux croyants persécutés, le pasteur Trang a contacté un partenaire local d’Open Doors et partagé les besoins de Vang Atu et de Thao Apao. En juillet, Open Doors a fourni des logements a ces deux familles dans le village de Pastor Trang.

“Je remercie Dieu et je vous remercie tous de m’avoir fourni, ainsi qu’à ma famille, une maison. Maintenant, je vis dans cette maison qui me procure sécurité et confort », dit Atu, exprimant sa profonde gratitude. “J’ai maintenant une maison où revenir chaque fois que je me sens fatigué.”

Le désir qui brûle dans le coeur de Vang Atu est de pouvoir retourner dans son village pour partager l’évangile avec son frère et d’autres membres de la tribu :

“Priez avec moi qu’un jour, je sois capable de retourner dans ma ville natale et de témoigner aux gens de ma foi dans le Seigneur.”

Il a également demandé la prière pour qu’il croisse spirituellement et reste fidèle :

“Priez que je n’abandonne jamais en croyant en Jésus jusqu’à ce que je le rencontre dans le ciel.”

A propos de l’auteur

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.