Actualité chrétienne

Son mari en prison pour sa foi, une chrétienne implante 62 églises au Laos

Actualité chrétienne
  • Nov 01
  • 0

Croire en Jésus-Christ au Laos, un pays bouddhiste et communiste équivaut souvent à être emprisonné. C’est ce qu’à vécu Dok, un chrétien laotien, pendant près de 13 ans. Comment Jik, son épouse a-t-elle fait face à cette épreuve ? Comment cette femme de foi a-t-elle résisté face à la persécution ? Portes Ouvertes USA est revenu sur l’histoire de la persévérance d’une chrétienne qui n’avait pas peur.

Un matin de juin 1999, alors que les enfants du couple étaient à l’école et que Jik ouvrait son petit magasin devant leur maison, deux policiers ont frappé à la porte en invitant Dok, son mari, à se rendre à la maison du chef de village, ce qu’il a immédiatement accepté.

Peu de temps après le départ de son mari, Jik a été informée par les policiers que Dok serait envoyé en prison pour avoir partagé l’Évangile et qu’elle avait peu de chance de le revoir à nouveau.

«Quelque soit le Dieu que vous adorez, priez pour que vous revoyiez votre mari», déclarèrent les policiers à Jik.

“L’après-midi, quand mes enfants sont rentrés de l’école, je leur ai dit qu’ils ne reverraient plus jamais leur père parce qu’il avait été emmené par la police. Ils ont pleuré très fort “, a déclaré Jik.

Jik explique alors qu’elle était dans le plus grand dénuement :

“Je n’avais rien pour nourrir ma famille, pas même 1000 Kips (13 ₵). Quand je marchais au marché avec le peu d’argent que j’avais, les autres me regardaient étrangement, comme si j’avais fait quelque chose de mal. Certains crachaient même sur moi. “

Pendant une longue période, Jik n’eut aucune nouvelle de son mari, ne sachant même pas s’il était mort ou vivant. Au bout de cinq mois, cependant, des prisonniers libérés de la même prison que Dok sont venus lui rendre visite et lui ont remis une lettre manuscrite signée par son mari.

Sachant que son mari était vivant et connaissant enfin dans quelle prison il était enfermé donna à Jik de nouvelles forces.Dès cet instant, Jik se mit à visiter régulièrement de la nourriture, mais aussi autre chose.

“Dans le panier de riz gluant que ma femme m’envoyait tous les jours, elle avait glissé des pages déchirées de la Bible sur lesquelles elle avait écrit des mots encourageants, a déclaré Dok.

“Certains des mots écrits sur les petits morceaux de papier étaient :” Crois en Jésus seulement. Maintenant, je crois déjà en Jésus et je suis très joyeuse et heureuse. “En lisant ces mots, je suis devenu si heureux que la police pensait que j’étais devenu fou.”

En prison, Dok est tombé malade et les visites de Jik ont ​​augmenté. Parfois, quand elle voyait que son mari était vraiment faible, elle l’encourageait avec plus de versets bibliques.

“Quand je l’ai vu dans cette situation, j’ai mis un verset biblique dans sa main, en particulier le Psaumes 121: 5 qui dit”  : ‘L’Éternel est celui qui te garde, L’Éternel est ton ombre à ta main droite.’

En l’absence de son mari, Jik s’est rendu compte que Dieu l’appelait à prendre sa place dans le village. Dok a s’est d’abord converti au christianisme dans la région puis sa voix s’est faite entendre au delà.

“Après que mon mari a été mis en prison, j’ai appris que Dieu m’a choisi pour le servir pour notre province au lieu de mon mari. Il y avait beaucoup de gens qui connaissaient Jésus et beaucoup de ministères étaient organisés. Beaucoup de gens sont venus, y compris les autorités du district de notre province, mais ils nous ont dit: «Au début, nous avons entendu qu’il y avait des chrétiens dans votre village, mais maintenant les gens dans toute la province connaissent Jésus.»

Jik a rajouté :

“Je ne prêchais pas l’Évangile. Je croyais juste et j’avais foi en Dieu et les gens l’ont vu dans ma vie. Et je suis très reconnaissant au Seigneur pour cela. “

Un an après l’emprisonnement de Dok, beaucoup de personnes ont cru en Jésus à cause de Jik et des témoignages de son mari. En 2001, ils ont eu leur premier culte dans leur petite maison. Bientôt beaucoup d’autres sont venus se joindre à eux et en 2005, la maison n’a plus pu accueillir le nombre de personnes présentes. Alors ils ont prié le Seigneur pour une plus grande place.

“J’ai prié et prié Dieu, et après quelques semaines, notre maison a pris feu et tout a brûlé dans notre maison. Ma fille a demandé de l’aide à Dieu et Dieu lui a dit que nous devions préparer nos coeurs parce qu’Il allait nous donner une plus grande place. Et c’est arrivé. Nous avons pu accueillir au moins 100 personnes. Quelques années plus tard, beaucoup d’autres sont venus dans notre maison pour adorer Dieu, alors j’ai dit à Dieu de préparer une plus grande place pour nous. Et il l’a fait. Gloire à Dieu, nous pouvons accueillir plus de 250 personnes. “

Aujourd’hui, par la grâce de Dieu, il y a  62 églises et plus de 3000 croyants disséminés dans toute la province d’Oum sous la direction de Jik et de sa fille.

Aujourd’hui Jik, Dok (qui a été libéré en 2012), leur fille et les convertis chrétiens de la province d’Oum * prient encore pour un endroit beaucoup plus grand qui pourrait accueillir des activités séparées pour les enfants, les jeunes et les adultes. En dehors de cela, ils prient pour l’acquisition d’un camion qui pourrait être utilisé pour leur ministère mobile. Les camions seront utilisés pour les équipes qui sont assignées à aller d’un village à l’autre pour partager la Bonne Nouvelle et encourager les croyants en Christ.

A propos de l’auteur

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.