Actualité chrétienne

En Inde, un pasteur attaqué par des extrémistes hindous perd l’ouïe

Actualité chrétienne
  • Oct 31
  • 0

Après la torture subie par des extrémistes hindous, un pasteur de l’Uttar Pradesh a perdu l’ouïe d’une oreille. Selon certaines sources locales, après son agression, ses assaillants ont fait pression sur la police pour l’accuser faussement et empêcher les médecins de le soigner.

Abhay Sagar, un pasteur âgé de 37 ans de la ville de Biswan dans le district de Sitapur de l’État du Nord de l’Inde était sur le point de commencer à prêcher le 24 septembre dernier quand il a été attaqué.

Un visiteur qui enregistrait le culte sur son téléphone portable s’est arrêté et a appelé, et bientôt 25 hommes des groupes extrémistes hindous Bajrang Dal et Vishwa Hindu Parishad ont fait irruption dans la salle d’école où la congrégation se réunissait, selon Francisca Gill, l’épouse du pasteur.

Les Hindous qui ne portaient pas d’armes ont demandé s’ils pouvaient parler avec le pasteur. Il les a alors accompagné à l’extérieur. Soudainement, les extrémistes qui se sont mis à crier “Jai Sri Ram, Jai Sri Ram” et ont emmené le serviteur de Dieu à Saraswati Sishu Mandir, une école voisine dirigée par l’extrémiste hindou Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS). Arrivés à cet endroit, ils l’ont battu, ont arraché ses vêtements et ont frappé ses parties génitales. Le pasteur Abhay Sagar s’est alors mis à saigner :

“Le passage à tabac était très sévère, il y avait du sang qui coulait de mon nez et de ma bouche”, a dit le pasteur Sagar à Morning Star News, ajoutant qu’il louait Dieu comme un acte de foi durant l’agression. “Je criais ” Alléluia, alléluia “, mais plus aucun son ne sortait de ma bouche. Personne ne pouvait m’entendre.”

Après l’avoir agressé, ils ont emmené le pasteur au poste de police pour y enregistrer un premier rapport d’information contre lui et sa femme. Accusant le couple de conversion forcée, les extrémistes ont fait pression sur la police de Biswan pour qu’ils accusent le pasteur et son épouse de “conspiration criminelle”, d’insultes aux croyances hindoues, deux accusations sans fondement selon plusieurs témoins.

“J’étais calme jusqu’à ce que la douleur devienne forte au milieu de la nuit, et j’ai demandé à la police de m’emmener pour subir un examen médical”, a déclaré le pasteur Sagar.

L’officier de police ne lui a pas permis d’aller à l’hôpital avant que le bureau de la police ne soit saturé d’appels d’ organisations chrétiennes et d’avocats à Delhi.

“Même à l’hôpital, ils [la police sous la pression des extrémistes] n’ont pas laissé les médecins m’admettre”, a-t-il dit.

Une organisation d’aide chrétienne a ensuite fourni 3 000 roupies (46 dollars) pour lui permettre de recevoir un traitement médical. Il est toujours soigné pour des organes génitaux blessés a dit Gill.

“J’ai pardonné aux assaillants et je prie pour eux tous les jours”, a déclaré le pasteur Sagar. “Le 4 octobre, nous avons déménagé dans un autre état. Je ne cessais de demander à ma femmeb : «Pourquoi nous enfuyons-nous? Où allons-nous ? Si nous vivons, nous devons vivre en Christ, si nous mourons, nous devons mourir en Lui. Elle m’a assuré que nous ne fuyons pas le Seigneur, qu’ Il est avec nous. Nous prions le Seigneur pour nous aider à connaître Sa volonté. “

Gill a déclaré que les superviseurs de son travail administratif dans une école secondaire privée ont suggéré qu’ils quittent Biswan pendant au moins un an.

“Biswan n’est pas en sécurité pour mon mari et mes enfants en ce moment”, a-t-elle dit. “Quelles que soient les économies que j’ai faites, j’ai dépensé pour son traitement. Il a perdu l’ouïe dans son oreille gauche. Nous devons commencer la vie à partir de zéro. “

Son mari a dû laisser derrière lui son salaire mensuel de 3 000 roupies (46 dollars), a-t-elle déclaré.

«Nos enfants ont 7 et 3 ans ont besoin d’être admis dans une nouvelle école maintenant, et honnêtement, je n’ai rien à leur fournir – tout notre espoir est dans le Seigneur», a déclaré Gill à Morning Star News. “Lui seul peut ouvrir un chemin et nous conduire par Sa main.”

De façon plus précise, le pasteur Sagar et son épouse sont accusés d’avoir «insulté la religion ou les croyances religieuses», ce qui est passible d’une peine d’emprisonnement de trois ans et / ou d’une amende (article 295A du Code pénal indien).

Ils ont également été accusés de “complet criminel”, une infraction passible de la peine de mort, d’emprisonnement à perpétuité ou d’emprisonnement rigoureux pour une période de deux ans ou plus.

Les assaillants ont ainsi allégué que le pasteur et sa femme distribuaient des pendentifs et des pamphlets à ceux qui se rassemblaient pour le culte et engageaient les fidèles dans des conversions forcées, selon le FIR.

“Beaucoup de personnes âgées et de femmes se rassemblent en grand nombre ici, et on leur promet des emplois sous prétexte de conversions.” a déclaré l’un des assaillants.

Le pasteur et sa femme ont nié les allégations.

“Nous distribuons seulement des calendriers et des cartes avec des versets bibliques pendant les célébrations de Noël et du Nouvel An”, a déclaré Gill. “Nous n’avons jamais vendu de pendentifs ou d’autre matériel.”

“Les cas d’agression des pasteurs sont en augmentation”, a-t-il dit. “Cette nuit-là, les activistes de Bajrang Dal et de Vishwa Hindu Parishad se pressaient au poste de police pour vérifier si le pasteur était en détention.”

About Author

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.