Chrétiens persécutés

Des chrétiens nouvellement convertis attaqués par des bouddhistes

  | 

En Birmanie, une foule de 150 bouddhistes et moines en colère ont attaqué des chrétiens nouvellement convertis, détruisant leurs maisons et leurs biens et blessant sept personnes.

A Thi Taw, un village situé dans la région Sagaing du nord-ouest de la Birmanie  (Myanmar), des extrémistes ont jeté des pierres et pénétré dans les maisons de deux familles qui venaient de mettre  leur confiance en Jésus-Christ, a rapporté Morning Star News.

Parce qu’ils avaient quitté le bouddhisme, quatre femmes et trois hommes ont été agressés à coup de bâtons et de pierres, entraînant des blessures au niveau de leurs têtes, de leurs visages et de leurs dos. Trois motos ont également été détruites.

Selon le témoignage de bouddhistes à la presse locale, les  membres de l’Assemblée de Dieu arrivés de l’état voisin de Chin se sont rassemblés pendant près de trois jours jusqu’à tard dans la nuit pour célébrer et accueillir les chrétiens nées de nouveau.

Avant l’attaque, un moine de Thi Taw avait demandé aux chrétiens de se taire et d’arrêter de faire du bruit dans la nuit, ont raconté les villageois à Morning Star News.

« Ils ont fait du bruit tous les soirs alors que les voisins dormaient », a déclaré un responsable local de Thi Taw, Soe Thura Hlaing. « Ils applaudissaient et dansaient jusqu’à tard dans la nuit. Le troisième jour, les voisins, fâchés, ont décidé de les attaquer. Ils ont pris des bâtons et des pierres avec eux. « 

Au delà du tapage nocturne, les bouddhistes étaient surtout très en colère en raison du fait que deux familles bouddhistes venaient de se convertir au christianisme, accusant les chrétiens de donner de l’argent pour encourager à changer de religion :

« Je ne sais pas s’ils ont reçu de l’argent », a déclaré Hlaing à Morning Star News. « Mais ce que je sais, c’est qu’ils ont été attaqués parce qu’ils se sont convertis au christianisme ».

Selon les dires de plusieurs témoins, la foule constituée de près de 150 bouddhistes et de moines était très en colère après que la police et les autorités locales ont essayé de les empêcher d’attaquer les maisons des chrétiens. La police a tiré vers le ciel pour avertir et effrayer les assaillants, ce qui a augmenté la colère des assaillants, qui ont détruit de nombreux meubles des chrétiens et d’autres biens, et les ont battu.

« Quand nous avons dirigé la lumière vers eux, ils ont aussi jeté des pierres vers nous », a déclaré Hlaing qui a essayé d’aider la police à arrêter les assaillants. « Alors un policier de notre groupe a tiré le fusil dans l’air trois fois. Quand ils ont entendu des coups de feu, ils sont devenu plus agressifs et nous ont jeté plus de pierres. »

Incapable d’arrêter l’attaque, le responsable local et la police ont demandé à d’autres moines de les aider, a t-il dit.

« Quand les moines sont arrivés, nous avons crié vers eux de ne pas jeter des pierres », a déclaré Hlaing.  Les moines ont alors emmené des pasteurs et des blessés pour les envoyer dans des cliniques locales. »

Les deux familles converties de la majorité ethnique Burman qui ont mis leur foi en Christ ont déménagé dans un établissement appartenant à une église locale jusqu’à ce que leurs maisons puissent être reconstruites.

Selon le Chinland Guardian, l’attaque était bien organisée.Les villageois seraient arrivés dans cinq véhicules affrétés par les moines et les autorités locales et auraient jeté des pierres sur les maisons des chrétiens où se déroulaient les services religieux. L’attaque aurait duré près de quatre heures.

Les moines et les autorités ont essayé de faire pression sur les chrétiens nouvellement convertis pour retourner au bouddhisme en leur laissant le choix entre la «reconversion» et l’exclusion du village a encore rapporté la presse locale.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.