Actualité chrétienne

Un pasteur cubain a été condamné à un an de travail forcé

  | 

Le pasteur évangélique Ramon Rigal, responsable de l’Iglesia de Dios en Cristo à Cuba vient d’être condamné à un an de travail forcé et d’assignation à résidence pour avoir scolarisé ses enfants à la maison afin de les éduquer dans la foi chrétienne.

Selon International Christian Concern (ICC) qui relaye cette information, c’est parce qu’il a déclaré ouvertement sa décision de sortir ses enfants de l’école publique à cause de sa foi chrétienne, défiant ainsi le gouvernement communiste de Cuba qu’il a été condamné.

Initialement condamné par les tribunaux de Guantanamo à un an d’emprisonnement, un récent jugement a entraîné une réduction modifiée de sa peine. Son équipe juridique a en effet réussi à prouver qu’il n’avait commis aucun acte criminel grave. Les défenseurs de la liberté religieuse dans le pays ont cependant averti que la lourde peine de travail demeure une sanction sérieuse.

Le pasteur Mario F. Barroso, militant de la liberté religieuse de l’Institut Patmos s’est exprimé en ces termes à ce propos :

« Le travail correctionnel est une forme de châtiment physique forcé, où l’État choisit généralement les lieux et les conditions de travail. Les personnes condamnées à cette peine sont affectées à un ranch ou à une ferme de quelque sorte, et croyez que ce n’est pas un travail léger. »

Le correspondant de l’ICC d’Amérique Latine Rafael Cardona a déclaré qu’il était « très inquiétant et décourageant » qu’un pasteur ait été puni de cette manière pour avoir simplement choisi d’éduquer ses enfants à la maison.

« C’est encore plus grave quand une punition sévère est émise malgré une défense juridique adéquate qui prouve qu’aucune loi criminelle n’a été violée. Dans le cas du Pasteur Rigal, il faut savoir qu’il a fait de multiples tentatives pour informer l’État des programmes et du contenu de son enseignement, y compris des éléments religieux « , a ajouté Rafael Cardona.

La peine encourue exigée par les autorités cubaines pour le pasteur ne semble pas correspondre à l’infraction observée. A Cuba, a encore expliqué Rafael Cardona, les mesures répressives prises contre les chrétiens sont malheureusement communes.

Ce fait est d’autant plus inquiétant que Cuba a signé, en 2008, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques qui donne le droit aux parents d’agir en fonction de leurs convictions religieuses et philosophiques dans l’éducation de leurs enfants.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.