Chrétiens de Chine

Des chrétiens pressés de confesser avoir participé à des « cultes du mal »

  | 

Des officiers de police au sud de la Chine ont tenté de contraindre Ruan Hoanan qu’ils avaient arrêté d’avouer qu’il participait à des « cultes du mal ». Parce qu’il refusait, ils a été arrêté et transféré dans un centre de détention a rapporté ChinaAid. Deux chrétiennes ont cependant été forcées de le confesser pour être libérées.

ChinaAid est une organisation qui rapporte régulièrement les abus des autorités contre les chrétiens tels que ceux subis par les membres de l’église Fengle, afin de se solidariser avec les chrétiens persécutés et de promouvoir la liberté religieuse, les droits de l’homme et la primauté du droit.

Le 12 juin dernier, des fonctionnaires de police ont soudainement fait irruption dans la maison de Ruan Haonan, un membre de l’église Fengle située dans la province du Guangdong au sud de la Chine. Accueillant régulièrement des réunions chrétiennes dans son foyer, Ruan Haonan, après avoir été harcelé par les autorités, a été trainé de force au poste pour y être interrogé. Les officiers ont alors essayé de le forcer à avouer qu’ils participaient à des « culte du mal », une accusation souvent retenue contre les chrétiens pour leurs activités.

Parce qu’il refusait, les forces de police l’ont alors transféré dans un centre de détention. Il a également été contraint de signer une transcription de l’interrogatoire le 13 juin.

Selon le témoignage d’un chrétien surnommé Li, il n y avait pas de rassemblement au moment de l’irruption des autorités qui ont cependant saccagé la maison et confisqué plusieurs Bibles.

Plus tard cette nuit-là, l’épouse enceinte de Ruan, Luo Caiyan, a également été amenée chez eux. Elle a été libérée lorsque son mari a été conduit au centre de détention, mais la police a refusé de donner aux membres de sa famille des documents juridiques.

De plus, la soeur de Luo et la femme de Li ont également été mises en détention et interrogées. Malgré le fait qu’elles n’aient jamais mentionné le fait d’avoir participé à des activités « du mal », elles ont été forcées de signer un document déclarant y avoir participé pour pouvoir être libérées.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.