Chrétiens du Pakistan

Un chrétien meurt par refus de soin au Pakistan

  | 

Irfan Masih, un employé chrétien pakistanais travaillant dans le traitement des eaux usées est mort parce que trois médecins musulmans ont refusé de le toucher pour l’examiner.

Irfan Masih est décédé le premier juin à l’hôpital civil Umar Kot à Sindh au Pakistan parce que trois médecins ont refusé de le soigner a rapporté WordWatchMonitor. Considérant que ce chrétien appartenait à la caste inférieure « chuhra », ces professionnels de santé ont décrété que leur jeûne serait invalidé s’ils touchaient le sang « impur » sur le corps d’Irfan Masih.

Le mot « chuhra » qui signifie « caste inférieure » est un terme particulièrement désobligeant réservé aux travailleurs sanitaires. Il est également souvent utilisé au Pakistan pour désigner les chrétiens.

75 familles chrétiennes effectuent à l’hôpital civil d’Umar Kot à Sindh un travail sanitaire que de nombreux musulmans de la région refusent de faire. En 1999, Casey Ethan déclarait à propos des chrétiens au Pakistan :

« Aujourd’hui, la plupart des chrétiens pakistanais font toujours le même travail que leurs ancêtres intouchables comme balayer les rues ou faire d’autres travaux serviles autrefois jugés rituellement ou littéralement impurs par des castes supérieures. »

Après la mort d’Irfan Masih, les chrétiens de l’hôpital civil d’Umar Kot ont bloqué le passage à niveau et ont demandé l’ouverture d’une affaire pénale contre les trois médecins qui ont refusé de le traiter.

Selon Paravaiz, le frère d’Irfan Masih, deux ouvriers sanitaires chrétiens, y compris son frère, n’avaient pas d’équipement de protection pour déboucher les canalisations d’eaux usées noires et remplies de gaz toxiques. Les responsables ont pourtant demandé aux travailleurs de déboucher ces canalisations en plongeant dans l’eau impure sous peine d’être renvoyé.

Lorsque les ouvriers, dont Irfan, ont ouvert le tuyau bouché, du gaz toxique s’est échappé et ils se sont évanouis

 

Paravaiz a rapporté ensuite ce qui s’est passé à l’hôpital :

« Nous avons appelé l’hôpital civil pour dire que nous apportons trois hommes inconscients, en attendant qu’ils les reçoivent et les traitent rapidement, mais c’est le contraire qui s’est passé : le premier médecin qui est venu les examiner était Muhammad Yousuf. Il a dit à un assistant de quartier que s’il lavait les corps des trois hommes, il les examinerait mais que comme il jeûnait, tout contact physique avec eux signifierait qu’Allah désapprouverait son jeûne. »

Deux autres médecins,  Allah Daad et Jaam Kambar ont eu la même réaction et n’ont fourni aucun traitement médical. Un quatrième médecin, Hanif Arisar, est finalement venu et était prêt à traiter les trois hommes inconscients. Irfan devait recevoir urgemment de l’oxygène, mais l’hôpital ne pouvant pas en fournir, il est finalement décédé.

« Shaukat et Yaqoob ont été transférés à Hyderabad dans un état critique, alors que mon frère a été déclaré mort après que le docteur Hanif l’ait examiné » a ajouté Paravaiz à WordWatchMonitor.

Kanwal Lal Malhi, un travailleur d’une ONG locale, a déclaré que plusieurs organisations de défense des droits de l’homme et des militants locaux ont aidé les chrétiens à organiser une manifestation de protestation après la mort d’Irfan.

«Je suis resté avec la famille jusqu’à ce que le gouvernement soit décidé à reprendre le dossier en main. Sinon la police n’aurait pas été disposée à les écouter. » a déclaré Kanwal Lal Malhi.

Une ONG chrétienne pakistanaise a déclaré que le serment d’Hippocrate obligeait les médecins à traiter un patient dont la vie est menacée en toutes circonstances, au-delà de la religion et de la caste. Selon un rapport de la Commission des droits des minorités publié en 2012, au moins 70 chrétiens sont décédés depuis 1988 alors qu’ils nettoyaient les canalisations d’égouts.

L’incident, qui a été signalé dans tous les journaux et chaînes de télévision, a choqué les Pakistanais dans le pays et le gouvernement local de Sindh envisage une compensation pour la famille endeuillée.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.