Chrétiens d'Iran

Un jeune chrétien iranien réfugié en Turquie perd la vie

Chrétiens d'Iran
  • Mai 25
  • 0

En Turquie, un réfugié iranien et chrétien est décédé d’une crise cardiaque au début du mois de mai alors qu’il n’avait que 23 ans et aucun antécédent médical. Son histoire est celle de la souffrance extrême de nombreux réfugiés dans ce pays que le gouvernement pénalise impitoyablement.

Après sa conversion au christianisme en Iran, Ali Sanei, un jeune chrétien d’origine musulmane avait dû fuir son pays, lorsqu’en octobre 2016, il avait rencontré, avec sa famille, de graves problèmes à cause de sa foi. Émigré en Turquie, il a alors fait une demande d’asile. Samedi 6 mai 2017 au matin alors qu’il était à son travail, Ali Sanei a fait une crise cardiaque, mais a finalement perdu la vie avant d’arriver à l’hôpital. Ce jeune-homme n’avait pourtant aucun antécédent médical et l’arrêt de son cœur a donc surpris toute sa famille. Il n’avait que 23 ans.

Ce drame qui s’est produit en Turquie n’est pas un évènement isolé depuis que la vie des demandeurs d’asile Iranien s’est fortement détériorée après certaines modifications politiques mises en place par le gouvernement. Bien au contraire !

En raison des conditions de vie spécifiques que les Iraniens ont dans leur pays, peu de soutien financier leur sont accordés en Turquie, raison pour laquelle ils sont confrontés à de graves difficultés. Les milliers de réfugiés iraniens qui arrivent en Turquie se retrouvent non seulement, en effet,  dans les villes petites, défavorisées et offrant peu d’infrastructures mais ne parviennent pas non plus à trouver des revenus pour subsister.

Et pour cause. La police turque pénalise aujourd’hui impitoyablement les réfugiés qui travaillent en Turquie. Au cours des derniers mois, la police a ainsi lancé un programme ciblé et pré-planifié consistant à arrêter les demandeurs d’asile iraniens qui travaillaient dans des villes de résidences spécifiées pour eux, et ces arrestations ont été très humiliantes. Traités comme des récidivistes et des criminels, les réfugiés sont détenus longtemps dans l’incertitude. Parfois, la durée de la détention a été même poursuivie pendant des semaines, parfois des mois.

Pire encore, le nombre de demandeurs d’asile déporté en Iran est à la hausse. De nombreux employeurs, qui exploitaient autrefois une main d’oeuvre très peu chère voire gratuite, expulsent aujourd’hui en masse les demandeurs d’asile et les réfugiés iraniens de leur travail et beaucoup de familles de réfugiés iraniens vivant en Turquie n’ont plus de revenus du tout.

Le stress, la pression de la vie et la peur de l’expulsion sont actuellement la plus grande préoccupation pour les demandeurs d’asile et les réfugiés iraniens en Turquie. Ali Sanei y a perdu la vie.

A propos de l’auteur

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.