Chrétiens persécutés

Un enfant chrétien brûlé lors d’un attentat en Indonésie a subi 17 opérations

  | 

Les trois enfants gravement blessés en novembre dernier lors d’un attentat à la bombe contre l’église Oikumene à Samarinda, une ville indonésienne subissent toujours encore les conséquences de leurs blessures. Trinity, trois ans, doit continuer à faire des contrôles réguliers tandis qu’Alvaro, le plus gravement brûlé, a dû subir 17 opérations différentes.

Le 13 novembre dernier, après un attentat perpétré contre une église en Indonésie, une fillette de deux ans, brûlée à 75 % mourrait des suites de ses blessures, tandis que trois autres jeunes enfants étaient également touchés. Anita, deux ans, Trinity, trois ans, et Alvaro, quatre ans en ont réchappé mais au prix de terribles séquelles.

Anita et Trinity sont maintenant à la maison, suite à un long traitement hospitalier explique World Watch Monitor. Trinity devra cependant continuer à avoir des contrôles réguliers.

Alvaro, qui a été le plus touché, dit qu’il se sent « honteux » à cause de ses blessures, et selon sa mère, et s’éloigne de toute nouvelle personne qui veut rentrer en contact avec lui. Il a déjà dû subir 17 opérations différentes, dont trois pour remplacer la peau du dessus de sa tête. Sa mère explique qu’il a au moins cessé de pleurer après chaque opération.

«J’essaye toujours de l’encourager en lui disant qu’il est important de retrouver sa santé et de prier avec lui avant l’opération», dit Novita, une chrétienne dans la quarantaine. «Le voir heureux est ma source de force et de joie aussi ».

Novita, qui est agent des finances au poste de police local doit partir avec elle quand elle doit se rendre à l’hôpital deux à trois fois par semaine.

Le père d’Alvaro, Hotdiman, est à la recherche d’un nouvel emploi après avoir quitté celui qu’il occupait qui était  trop loin de la maison.

Si certains responsables de l’attaque rattachés à une organisation islamique ont été condamnés, l’enquête continue. Selon le président indonésien Joko Widodo, l’attentat sera étudié très minutieusement.

En Indonénie, les extrémistes islamiques, très actifs, sont à l’origine de la destruction de plusieurs églises, notamment d’églises dans la région d’Aceh en 2015 et d’un attentat manqué qui a précédé celui de l’église Oikumene en 2016.

En raison de la discrimination alléguée par les autorités locales, certaines des églises n’ont toujours pas encore été reconstruites.

Formé à Lee University, Aloys Evina est pasteur de l'Eglise de Dieu en France, membre de la Fédération Protestante de France (FPF) et de la Church of God (Cleveland, Tennessee). Il est exerce son ministère pastoral à La Rochelle, dans le Sud-Ouest de la France.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.