Chrétiens d'Orient

Sauvé d’un tsunami et d’un accident par Jésus, un musulman se convertit

  | 

De nombreux musulmans du Moyen-Orient se convertissent après avoir vécu des miracles ou encore vu Jésus en rêve ou dans une vision. C’est le cas d’un homme issu d’une famille musulmane très influente au Moyen-Orient.

Al Jamali * (nom changé pour des raisons de sécurité) n’a jamais strictement adhéré aux cinq piliers de l’islam, les principes fondamentaux de la religion musulmane. Né dans une famille très proéminente dans un pays du Moyen-Orient, c’est au cours d’une tournée en Inde, en 2004, que sa vie va basculer. Bibles for Mideast est revenu sur son témoignage.

Al Jamali était en visite en Inde du Sud à Kamyakumari en décembre 2014 avec un ami quand des vagues gigantesques ont commencé à se diriger vers le rivage. Aucun d’eux, les voyant venir, n’imaginaient pourtant qu’elles affecteraient la terre, aussi le jeune musulman fît-il un effort pour prendre des photos de l’évènement. Ce qu’il ne savait pas à ce moment là, c’est qu’il s’agissait d’un tsunami.

Engendré par un tremblement de terre sous-marin de magnitude 9,3 sur la côte de Banda Aceh, dans le nord de Sumatra, le tsunami ravageur fera des milliers de morts en cette fin 2014 en Inde.

Très rapidement, en moins de quelques secondes, les vagues, rapporte Al Jamali, battirent le rivage, et lui, ainsi que son ami ont été piégés dans les vagues. Les forts courants l’ont entraîné vers les profondeurs de l’océan, où, explique-t-il, il est probablement resté près de cinq minutes, en ayant la certitude qu’il allait mourir.

Pourtant, ce n’est pas ce qui arriva, car soudainement, Al Jamali a senti un homme fort et puissant, dont les mains étaient tachées de sang, lui prendre ses mains. Il se sentais alors comme un bébé porté par sa mère. Pendant qu’Il le portait, il l’entendis lui dire :

 » Je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand même il serait mort. et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais.  » (Jean 11 v 25).

Al Jamali raconte ensuite ce qui s’est passé :

 » Il m’a porté en toute sécurité sur le rivage, complètement indemne. Mais je ne pouvais pas trouver mon ami, seul des cadavres partout. J’ai couru parmi eux, appelant,  jusqu’à ce que je réalise finalement que je ne le reverrai jamais. « 

Des centaines de corps gisaient là, non identifiés. Alors que le jeune-homme musulman était en train d’observer les autorités gouvernementales, elles rassemblèrent les personnes décédées, versèrent de l’essence et mirent le feu.

 » Certainement mon ami était parmi eux, se dit Al Jamali dans son coeur.  » Si Dieu ne m’avait pas sauvé, moi aussi j’aurais été brûlé. « 

La perte de son ami, bien qu’il ait lui-même retrouvé la vie, affectait beaucoup Al Jamali, qui reconnaissait que Dieu l’avait sauvé. Il n’arrivait pas à surmonter cette épreuve, et perdis bientôt toute tranquillité d’esprit. De retour au Moyen-Orient, les souvenirs de cette terrible journée s’estompèrent peu à peu, jusqu’au même jour, onze ans plus tard, le 26 décembre 2015, où Al Jamali conduisais sa voiture avec sa seconde femme.

Sa voiture a heurté l’arrière d’un camion, tandis qu’un autre camion est venu par derrière s’écraser sur son véhicule. Les air-bag ne s’étant pas déployés, Al Jamali ressentit la même chose que le jour du tsunami. Un homme fort et puissant le tenait, le portant comme un bébé dans les bras de sa mère. Il a revu, une fois encore, les mêmes tâches de sang sur ses mains et réalisé que c’était le même homme qui l’avait sauvé le jour du tsunami.

Transportés à l’hôpital, sa seconde épouse est décédée des suites de ses blessures. La même nuit, l’homme qui l’avait sauvé du tsunami et de l’accident lui rendit visite, ce qui rendit Al Jamali très heureux comme il en a témoigné à Bibles for Mideast :

 » Je lui tendis les mains et lui demandai de m’asseoir à côté de moi. Il s’assit et me dit:  » Et que servirait-il à un homme de gagner tout le monde, s’il perdait son âme ? ou, que donnerait un homme en échange de son âme? Car le Fils de l’homme doit venir dans la gloire de son Père, avec ses anges; et alors il rendra à chacun selon ses oeuvres.  » Mat 16 v 26 – 27

Une conversation s’engage alors et Al Jamali demande à Jésus de décliner son identité, ce à quoi Il répond en déclarant qu’Il est Jésus, qui a été crucifié et est ressuscité d’entre les morts. Le Seigneur lui demande alors s’il croit en Lui, et le jeune-homme musulman répond par l’affirmative.

Posant une dernière question concernant sa seconde femme, Jésus lui répond qu’il n’a besoin que d’une femme, et qu’il doit vivre avec elle pour Lui.

Le lendemain, Pasteur Paul et Pasteur Steve des Bibles for Mideast qu’Al Jamali ne connaissait pas sont venus le visiter. Ils ont expliqué qu’ils avaient eu un rêve le concernant, raison pour laquelle ils étaient venus. Ils ont alors partagé avec lui le message de l’Evangile et lui ont donné une Bible en arabe. Lorsque Al Jamali l’a ouverte, il a découvert les mots que Jésus lui-même avait dit. Il a alors accepté Jésus comme son sauveur et Seigneur en présence des pasteurs, qui ont prié pour lui.

Aujourd’hui, Al Jamali participe secrètement au culte dans une église souterraine de Bibles for Mideast. Pendant des mois, sa femme a refusé de croire en Jésus, et ne voulait rien entendre des histoires bibliques. Quand il a mentionné le nom de Jésus en parlant de sa crucifixion et de sa résurrection, elle s’est mise en colère et a été très violence. Mais l’église faisait monter constamment des prières en sa faveur.

Un jour, elle glissa sur le sol et se brisa la hanche. Elle avait besoin d’une intervention chirurgicale, et après, avec une douleur intense, ne pouvait se reposer qu’à la maison. Chaque fois que son mari priait silencieusement pour elle, elle ressentait un peu de soulagement, mais quand il s’arrêtait, la douleur revenait. Lentement, elle commença à comprendre le pouvoir de la prière. Un jour, à la grande joie d’Al Jamali, elle demanda d’appeler les pasteurs pour prier pour elle.

C’était la deuxième fois que le pasteur Paul leur rendait visite, et la fois précédente, sa femme s’était mise en colère car elle ne voulait pas que des chrétiens visitent la maison. Cette fois-ci, c’était différent puisqu’elle accueilli les hommes de Dieu avec un beau sourire et demanda qu’ils s’asseyent à côté de son lit.

Pastor Paul l’a alors aidé à mieux comprendre qui est Jésus et son besoin de salut. Elle accepta volontiers Jésus comme son Sauveur et Seigneur. Puis il se leva et se mit à prier pour elle. Al Jamali témoigne de la transformation du coeur de son épouse et du miracle qui a suivi : «  J’ai été surpris de la voir étendre la main et lui prendre les mains… En tant que musulmane religieuse, elle n’a jamais permis à aucun homme, sauf à son mari, de toucher son corps. C’est une exigence absolue en vertu de la charia. Mais avec Jésus dans son cœur, elle avait totalement changé. Pendant que le pasteur Paul priait, nous avons tous entendu des bruits de rupture ou de jointure venant de la région de sa hanche, et elle a été totalement guérie ! Nous avons eu une consultation avec son médecin ce jour-là, et comme elle n’en avait plus besoin, tous les matériaux qui avaient été implantés chirurgicalement pour réparer la hanche cassée ont été enlevés.  »

Toute la famille d’Al Jamali participe aujourd’hui au culte et est consacrée au Seigneur.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.