Chrétiens persécutés

Deux chrétiens refusant de renier Jésus plongés pendant 17 h dans de l’eau glacé

  | 

Un chrétien de l’état de Jharkhand en Inde est décédé des suites d’une maladie survenue après son immersion et celle de son épouse toute une nuit dans de l’eau glaciale parce qu’ils refusaient de renier Christ.

Parce qu’ils refusaient de renier leur foi chrétienne, Bartu Urawn et sa femme ont été plongé de 17 h du soir à 10 h du matin dans un étang glacé par les résidents du village de Kubuaa dans le district de Palamu, a rapporté Morning Star News. Selon Beneswar Urawn, le fils de Bartu, ce dernier a subi deux paralysies et des lésions nerveuses au cours de ces 17 heures d’épreuve, ce qui a conduit à son décès survenu le 20 janvier dernier. Il avait 50 ans.

 » Tout au long de la nuit, ils frissonnaient dans l’eau froide, et moi, ainsi que 15-20 villageois ont été témoins de la brutalité « , a déclaré Beneswar Urawn à Global Christian News.  » Les villageois ont continué à demander à mon père s’il était prêt à abandonner Christ et à retourner à la plaine de Sarna. Il a répété à chaque fois : ‘Je ne renierai pas Christ … Je continuerai à croire jusqu’à mon dernier souffle. « 

Pendant près de trois ans avant ce drame, les villageois avaient soumis la famille Urawn à la persécution pour la contraindre à participer à la « religion des bois Saints » (Sarna Darham), un rituel pendant lequel est pratiqué des sacrifices de sang à un dieu suprême et des services rituels à d’autres dieux.

Un jour notamment, ils ont contraint Urawn à assister à leur culte, pendant lequel ils ont sacrifié un animal. Ils ont également enfoncé dans sa gorge une partie du sacrifice et lui ont fait boire l’alcool fermenté, a expliqué Beneswar Urawn.

En plus d’attaquer Urawn et sa femme, la foule du village a également attaqué Beneswar Urawn, sa femme et son jeune frère, les enfermant dans leur maison pendant des heures. Ils ont également pollué la source d’eau potable de la famille.

Urawn et sa famille avaient mis leur foi en Christ il y a 10 ans. Quand les villageois ont réalisé qu’il ne  renoncerait pas à la foi chrétienne malgré les menaces, les pressions et la persécution, ils ont dit à Urawn que les démons ne le laisseraient pas vivre. Ils ont attaché les mains d’Urawn et de sa femme derrière leur dos et les ont plongé dans l’étang, a témoigné Beneswar.

Après les avoir retiré de l’eau le lendemain matin, les villageois ont frappé Urawn et sa femme et les ont de nouveau poussé à renoncer à Christ, a déclaré son fils. Le couple est alors tombé gravement malade. Avec le temps, la femme d’Urawn s’est remise, alors que son mari était immobilisé par la paralysie. Après une amélioration laissant penser à une guérison, le corps d’Urawn est devenu plus raide encore. Le 20 janvier, il était incapable de bouger ses mains et ses jambes et est décédé, a déclaré Beneswar.

Pour ajouter à la douleur de la famille qui venait de perdre un être cher, les villageois ont refusé dans un premier temps que le fils se saisissent du corps de son père pour l’enterrer. Ils se tenaient ainsi près du corps avec des bâtons en bois pour défendre quiconque essayerait de s’approcher d’Urawn. Le lendemain matin, cependant, Beneswaer et quatre autres chrétiens ont été en mesure de transporter le corps à 10 kilomètres du village sur les terres du gouvernement pour un service funèbre.

À leur retour, les villageois ont exigé que la famille prépare un repas pour les habitants du village conformément au rituel de Sarna Dharam mais Beneswar Urawn a refusé, disant qu’ils tiendraient une réunion de prière à la place. Les villageois ont alors menacé de le tuer comme ils avaient tué son père. Fuyant pour sa vie, la famille a finalement trouvé refuge dans un village situé à 35 kilomètres de là.

Les proches parents ont essayé d’informer la police, mais les agents ont qualifié la mort d’Urawn de «mort naturelle», a déclaré le fils d’Urawn. Ils ont suggéré que les villageois participent aux «pourparlers de paix» le 2 février et cessent les attaques contre la famille chrétienne. La famille est depuis retournée chez elle mais vit dans la peur.

Neuf autres familles ont également décidé de suivre le Christ lorsque les Urawn l’ont fait il y a 10 ans, mais suite à la persécution, à la discrimination, aux menaces incessantes, sept familles sont revenues à leur religion ancestrale.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.