Chrétiens du Soudan

Un humanitaire chrétien condamné à perpétuité au Soudan

  | 

Dimanche 29 janvier, l’humanitaire chrétien tchèque Petr Jasek a été condamné à perpétuité par un tribunal soudanais. Parallèlement, deux autres chrétiens, le pasteur Hassan Abdelrahim Tawor et Abdulmonem Abdumawla du Darfour ont également été accusés d’espionnage et encourent, quant à eux, 12 années d’emprisonnement.

Muhanad Nur, avocat de la défense, a déclaré au cours d’une interview accordé à Morning Star News que « Petr Jasek a été emprisonné à vie ».

Condamné à perpétuité pour espionnage et guerre contre l’État, Petr Jasek, un travailleur humanitaire tchèque, a parallèlement été condamné à six mois de prison pour « diffusion de fausses nouvelles visant à ternir l’image du Soudan », à un an de prison supplémentaire pour avoir incité à des conflits entre les communautés, pour avoir photographié certaines zones et équipements militaires et pour être entré illégalement au Soudan. Enfin, il devra verser une somme de 16 000 dollars (100 000 livres soudanaises) pour avoir travaillé sans permis dans une organisation non gouvernementale au Soudan.

Ce même dimanche, le tribunal de Khartoum a condamné à 12 années de peine de prison le pasteur Hassan Abdelrahim Tawor et Abdulmonem Abdumawla du Darfour pour avoir aidé Petr Jasek dans le « préssuposé espionnage »,  pour avoir provoqué la haine parmi les communautés en répandant de fausses informations, a rapporté l’avocat de la défense Muhanad Nur. Ces deux chrétiens, sont, tout comme l’humanitaire tchèque également accusé « d’incitation à la haine » et de « propagation de fausses nouvelles. »

Les accusations portées contre les trois hommes portent sur le fait d’avoir aidé un jeune-homme, Ali Omer, qui avait eu besoin de traitement pour les brûlures subies lors d’une manifestation étudiante. Selon Christian Solidarity Worldwide (CSW) cette aide humaine, médicale et financière apportée par les trois chrétiens a soulevé la colère des autorités soudanaises.

Selon le président de la CSW Joel Edwards, « M. Jasek, le révérend Abduraheem et M. Abdumawla ne sont pas des espions ; ils ont été simplement conduits par la compassion à contribuer financièrement au traitement médical d’un homme dont les blessures sont si graves qu’il avait besoin de soins médicaux continus. »

Aussi demande-t-il dans un plaidoyer en faveur des trois chrétiens emprisonnés, l’annulation du verdict et la libération immédiate de ces trois hommes dont les accusations étaient injustifiées et les peines excessives, étant donné la rareté des preuves à leur encontre.

Car, en dessous de ces arrestations et condamnations, se cache un autre enjeu, celui de porter plainte et de lutter contre des membres de l’opposition politique, contre les défenseurs des droits de l’homme et contre les dirigeants des religions minoritaires au Soudan.

La CSW affirme en effet :

« cette affaire illustre la politisation du système de justice pénale par les Services nationaux de renseignement et de sécurité (NISS) qui, sous prétexte d’enquêter sur des crimes de sécurité nationale, ont porté plainte contre des membres de l’opposition politique, des défenseurs des droits de l’homme et des dirigeants des religions minoritaires, comme cela s’est produit dans le cas des pasteurs Yat Michael et Peter Reith en 2015. « 

La pression croissante exercée contre les églises et les autres minorités religieuses au Soudan est très forte, pour preuve, en même temps que la condamnation de ces trois chrétiens, quatre églises ont été menacées de démolition dans ce pays, selon Middle East Concern.

« Un tribunal a jugé que les autorités devaient fournir à l’avocat défendant les églises un ordre officiel pour la démolition des églises », a déclaré MEC dans un communiqué de presse. « Pour l’avocat, la décision officielle ne concerne pas seulement les quatre églises qu’il représente, mais s’applique également à 21 autres lieux de culte qui sont prévus pour la démolition ».

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.