Images chrétiennes

Dieu est amour (1 Jean 4:8)

  | 

« Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour » (1 Jean 4:8). Celui qui n’aime pas est en contradiction avec la nature même de Dieu. L’amour fraternel entre chrétiens est le reflet de l’amour divin.

On entend des réflexions de ce genre : « Si Dieu aimait ses créatures, permettrait-il tant de souffrances et d’injustices ? » Nous devons considérer l’amour de Dieu (qui laisse momentanément les humains libres de se faire du mal à eux-mêmes et aux autres) non dans les limites d’une courte vie terrestre, mais dans la perspective de l’éternité. Si vous voulez apprendre ce qu’est l’amour divin, absolu, infini, pensez à la croix, à Dieu donnant son Fils bien-aimé pour le salut de ses ennemis, de ceux qui le crucifient. On comprendra alors que le misérable état moral de l’homme met justement en évidence la grandeur de la grâce qui nous a pris si bas pour nous élever si haut : faire de nous non seulement des pécheurs pardonnés, mais des enfants de ce Dieu d’amour.

1. Dieu est amour

Êtes-vous déçu par l’amour humain, de sa forme la plus noble à sa pire contrefaçon ? Ne vous en étonnez pas ; il sera toujours insuffisant, pas même une goutte d’eau, pour remplir le grand vide de votre cœur.
Nous avons tendance à aimer ceux qui nous aiment, chacun attendant que l’autre commence. Et, dans notre monde actuel où l’égoïsme prévaut, cela restreint singulièrement le cercle des affections. Nous nous plaignons peut-être de manquer de l’amour des autres, mais leur en donnons-nous? Ne vivons-nous pas, nous aussi, centrés sur nous-mêmes ?

Notre logique humaine veut aussi que, par définition, nous aimions ce qui est aimable. Il s’ensuit que les relations les plus chaleureuses ne tiennent bon que dans la mesure où nous nous cachons les uns aux autres nos mauvais côtés. Et quand ceux-ci se découvrent, alors surgissent les discordes, les brouilles, les divorces. Nous sommes déçus des autres, et eux le sont de nous.

L’amour de Dieu, lui, est une plénitude, un océan, une source que jamais nous n’épuiserons. Dieu s’est révélé dans l’ancienne alliance comme le Dieu tout-puissant, le Très-Haut, proche mais trois fois saint, impénétrable par l’esprit humain. Il s’est révélé à Moïse comme Celui qui est depuis toujours et pour toujours. Il se révèle dans la nouvelle alliance comme le Père de ceux qui croient en Jésus-Christ. Dans la première épître de Jean, sont écrits ces mots si grands, si pleins de douceur: “Dieu est amour”.

L’amour de Dieu n’est pas quelque chose d’abstrait, c’est un amour actif, un amour qui se livre. L’amour de Dieu nous est révélé en Jésus, le Fils de Dieu, devenu homme pour s’approcher de nous (Actes 10. 38). Nous ne pouvons comprendre l’amour divin, absolu et infini que lorsque nous pensons à la Croix du calvaire, à Dieu donnant son Fils bien-aimé pour le salut de ses ennemis, de ceux qui le crucifient.

« Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous » (Romains 5:8). Dieu aime les humains tels qu’ils sont. Dieu a trouvé un motif à son amour pour nous. Il nous aime, non parce que nous sommes aimables, mais parce qu’il est dans sa nature d’aimer. Il aime tous les hommes, y compris les plus coupables. Si Dieu qui est saint hait le péché, Dieu qui est aussi amour aime le pécheur.

2. Aimer comme Dieu

De la vérité « Dieu est amour », l’apôtre Jean tire cette déduction : « celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu ». L’argument est clair et irrésistible. Un chrétien dépourvu d’amour qui affirme connaître Dieu et être né de Dieu est comme celui qui déclare être intime avec un étranger dont il ne peut pas parler la langue, ou être né de parents auxquels il ne ressemble en aucune façon. Agir ainsi, c’est ne pas refléter la nature de celui que nous déclarons être notre Père (être né de Dieu) et notre ami (avoir connu Dieu). L’amour est tout autant un signe de la nouvelle naissance que la justice (1 Jean 2:29)

La connaissance de Dieu est liée à l’amour à travers la nouvelle naissance. En effet, puisque « Dieu est amour », celui qui est « né de Dieu » porte les caractères de son Père parce que « l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné » (Romains 5:5).

Formé à Lee University, Aloys Evina est pasteur de l'Eglise de Dieu en France, membre de la Fédération Protestante de France (FPF) et de la Church of God (Cleveland, Tennessee). Il est exerce son ministère pastoral à La Rochelle, dans le Sud-Ouest de la France.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.