Actualité chrétienne

Les meurtres de chrétiens en Somalie sont très courants

  | 

Les chrétiens en Somalie subissent une persécution extrême. Lorsqu’ils sont soupçonnés de s’être converti au christianisme, ils sont décapités précipitamment par les djihadistes, sans aucun procès, une situation que dénonce Yonas Dembele, un expert en droit international.

Yonas Dembele, un expert qui travaille pour l’organisation internationale Open Doors a rapporté, au cours d’une interview accordée à Christian Post, que les meurtres de chrétiens convertis sont devenus très courants en Somalie. Cette situation est devenue tellement préoccupante qu’elle est devenue similaire, voire pire que celle qui est observée en Corée du Nord qui pointe à la première place des pays les plus dures en matière de persécution.

Car les chrétiens en Somalie ne peuvent même pas survivre un jour au cours d’un procès ou plusieurs mois dans des camps de travail, ils sont immédiatement tués. Les croyants en Jésus-Christ somaliens ne peuvent pas non plus élever leurs enfants selon leur conviction et se heurtent à de graves problèmes s’ils venaient à célébrer les fêtes chrétiennes. Pour survivre dans ce pays, les chrétiens doivent faire semblant de ne pas être chrétiens.

Pour aggraver les choses, dans ce pays à majorité islamique, ils ne peuvent pas compter non plus sur le gouvernement pour les protéger. Bien que la Constitution de la Somalie garantit la liberté religieuse pour les citoyens, l’islam est encore la religion officielle du pays.

En 2015, le Cheikh Mohamed Kheyrow, responsable du ministère des Religions dans le pays, a émis un avertissement contre la célébration de Noël, disant que cet évènement était réservé aux chrétiens. Selon Yonas Dembele, cette interdiction est un exemple flagrant de la volonté du gouvernement d’apaiser les extrémistes islamistes en appliquant des interdictions strictes aux chrétiens.

L’expert en droit international rapporte par exemple l’histoire d’un converti chrétien qui a fui la Somalie pour échapper à la persécution de sa propre famille. Réfugié, il a encore du mal à s’adapter à son nouvel environnement parce que les chrétiens non somaliens le considèrent comme une personne qui pourrait les attaquer.

Si Dembele a reconnu les efforts de la communauté internationale pour mettre un terme au conflit en Somalie, il pointe toutefois du doigt un problème majeur : parce que la Somalie manque de ressources, contrairement aux autres pays du Moyen-Orient, cette situation amène la communauté internationale à ignorer ce pays.

La Rédaction

L'équipe du Journal Chrétien est composée des journalistes, pasteurs, théologiens et intellectuels chrétiens.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.