Actualité chrétienne

Un chrétien philippin a été tué pour sa foi, mais sa famille persévère

  | 

Datu, un musulman philippin de l’île de Mindanao qui s’était converti au christianisme il y a deux ans, a été tué à cause de sa foi. Sa famille continue hardiment à partager l’évangile dans cette région qui a été désertée par les missionnaires en raison de risques de mort trop importants.

Retour sur l’histoire de Datu

Tout a mal commencé dans la relation entre Datu et le pasteur Bagwis qui partageait la Bonne Nouvelle du Salut avec les membres de sa famille. Avec d’autres musulmans, le père de famille a en effet lancé des pierres sur le pasteur, sur son église et sur sa maison, proférant des menaces de morts parce que le fils du pasteur, Efren, courtisait sa fille.

Lorsque Datu a vu que sa fille aimait Efren, il a protesté mais a fini par reconnaître que le fils du pasteur était un homme respectable, raison pour laquelle il a finalement consenti au mariage entre les deux jeunes gens, non sans avoir exigé une haute dot (un buffle d’eau, une vache, une chèvre et un poulet).

Face à cette demande, explique Christian Aid Mission qui rapporte ce témoignage, Dieu a miraculeusement pourvu et la date de mariage a été fixée. Le pasteur Bagwis a alors demandé que les deux fiancés se marient dans une église parce que son fils était chrétien.

Le jour du mariage est arrivé et durant la cérémonie de mariage, le pasteur chrétien a prêché Jésus-Christ crucifié. Datu ainsi que sa famille ont été touchés par le message et se sont repentis et ont accepté Jésus-Christ. Baptisés un mois plus tard, Datu et son fils aîné ont commencé par être menacé et harcelé par leurs proches musulmans. Le fils de Datu était si zélé dans la proclamation de l’évangile dans une zone majoritairement musulmane que le pasteur Bagwis a obtenu la permission de Datu et du responsable du ministère pour qu’il reçoive une formation de disciple supplémentaire.
Datu, de son côté, a continué à être disciple proclamait également audacieusement le Christ, augmentant la colère de ses parents musulmans.

« Il a souffert les mêmes choses qu’il avait faites au pasteur Bagwis, » a déclaré le Directeur du ministère. « Si précédemment, il était celui qui avait lapidé l’église et le pasteur Bagwis, maintenant il souffrait également les mêmes choses après être devenu chrétien et avoir pratiqué et obéi à la doctrine biblique. »

Au cours de la dernière semaine de décembre 2015, le fils de Datu est rentré chez lui pour rendre visite à sa famille. En janvier 2016, le Directeur du ministère apprenait que Datu avait été tué de cinq coups de couteau sur le dos. Son cou était également coupé à l’avant et à l’arrière de la tête dans une tentative apparente de décapitation.

Le fils de Datu a raconté au directeur que la famille et d’autres membres de l’église s’étaient rassemblés le 2 janvier 2016 pour un dîner d’action de grâces pour remercier des bénédictions reçues l’année précédente. Son père leur avait dit qu’il recevrait d’abord deux canards qu’il allait faire cuire pour la fête.

Après avoir attendu des heures, ils ont commencé à le chercher. À 3 heures du matin le 3 janvier, un voisin a trouvé le corps mutilé de Datu. Incapable de payer pour un cercueil, une morgue ou un service funéraire, le fils de Datu et le pasteur ont construit et peint un cercueil à la hâte et l’ont enterré ce jour là.

« S’il vous plaît priez pour l’homme qui a fait cette chose horrible et brutale à Frère Datu », a déclaré le directeur. « Ils soupçonnent que celui qui a fait cela est l’oncle du frère Datu, parce qu’il est la main droite de l’imam là-bas. Priez pour leur salut. »

Datu avait reçu des menaces, mais il avait dit qu’il ne s’en souciait pas parce qu’il estimait qu’il méritait ces menaces pour avoir précédemment persécuté l’église.

« Ils l’ont tué parce que Datu partageait hardiment l’évangile dans la ville », a t -il dit. « J’ai dit à ses enfants qu’ils devaient se souvenir de leur père tel qu’il était avant qu’il ne soit tué, et que les souvenirs qu’ils ont de plus cher sont ceux de sa santé et surtout les merveilleux moments que Dieu leur a donné de prier ensemble et de se réjouir ensemble. Et le meilleur, c’est que nous savons que nous le reverrons au ciel. »

La famille de Datu persévère dans la foi

Un an plus tard, sa famille continue à s’accrocher au Christ et à le proclamer, avec les autres évangélistes autochtones de Christian Aid Misison. Alors que les missionnaires étrangers ont largement quitté Mindanao en raison de menaces pour la sécurité, les missionnaires autochtones continuent à vivre, à travailler et à prêcher dans un climat très difficile.

Le directeur a déclaré que des musulmans ont récemment visité un autre centre sur Mindanao où se tenait un programme pour enfants, ce qui a probablement incité leur compatriote à brûler leur église l’année dernière.

« Peut-être ce que vous faites est ‘haram’ [interdit par Allah] » a déclaré le visiteur musulman au directeur du ministère. « Le responsable du centre a dit : ‘Ok, vous pouvez nous observer.’ »

L’homme, sa femme et son enfant, ainsi que d’autres épouses du groupe tribal qui se sont installés dans le village, se sont joints à la célébration du mois des enfants. D’autres femmes musulmanes venaient également observer comment les chrétiens priaient et jeûnaient. Les chrétiens ont prié notamment pour qu’ils offrent des bourses d’études à leurs enfants et que les visiteurs musulmans sachent que ce qu’ils offrent comme centre d’apprentissage n’est pas mauvais, mais tout est pour la gloire de Dieu. Après le programme d’un mois pour les enfants, les chrétiens ont invité les musulmans pour un repas, mais ils ont refusé.

Les invités ont dit : « Peut-être qu’ une autre fois, nous pourrons manger avec vous. » Priez pour que les ponts qui ont été construits pour l’évangile et les semences qui ont été semées portent beaucoup de fruit !

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.