Actualité chrétienne

Les États-Unis, une nation où la liberté des chrétiens régresse

  | 

Les États-Unis font pour la première fois partie d’une liste annuelle des pays où les chrétiens sont persécutés. Le rapport d’International Christian Concern pointe en effet une nouvelle tendance inquiétante de restriction concernant les droits fondamentaux de penser, de parole et d’agir des croyants en Jésus-Christ.

Selon le rapport 2016 du groupe de défense des droits de l’homme international International Christian Concern (ICC) intitulé « Hall of Shame Report », les États-Unis, le Mexique et la Russie ont été inscrits comme de nouveaux pays où la liberté religieuse et notamment celle des chrétiens est en danger.

Contrairement aux autres années, ICC a décidé de publier son rapport de façon différente. Plutôt que d’utiliser un classement de 1 à 10 des pays où les chrétiens sont les plus persécutés au monde, cet organisme de défense de la liberté religieuse a voulu scinder ce classement en trois catégories : la première concerne les pays où les chrétiens font face à la pire des persécutions : cette partie désigne les États comme la Corée du Nord, l’Irak, la Syrie ou le Nigeria où la persécution est la plus vive dans le monde.

La deuxième catégorie concerne les nations où, bien que la persécution soit moins vive, les agressions contre les chrétiens y sont néanmoins régulières et pérennes comme c’est le cas en Arabie Saoudite, au Pakistan, en Chine en Inde ou encore en Égypte. On y retrouve un noyau dur d’atteinte aux libertés religieuses.

La dernière et exceptionnelle catégorie, nouvelle et remarquée, concerne les pays où même si le niveau de persécution est moindre par rapport au reste de la liste, mais les évènements observés dans ces pays indiquent une baisse de la liberté religieuse et constitue une alarme à prendre en compte.

En raison de cette nouvelle classification, des pays comme la Russie, les Etats-Unis ou encore le Mexique apparaissent pour la première fois dans ce rapport. S’il n’y a aucune comparaison possible entre la vie d’un chrétien aux Etats-Unis et le niveau de persécution vécu par certains croyants dans d’autre pays, ICC note toutefois une tendance inquiétante et à la hausse des atteintes à la liberté religieuse dans ces pays.

Le président de la CPI, Jeff King, a expliqué :

« Nous avons jugé très important cette année de souligner trois pays où la discrimination et la persécution religieuses sont jugées inhabituelles mais ont atteint un certain seuil de préoccupation. Ce sont le Mexique, la Russie et, malheureusement, les États-Unis. »

L’attaque du 11 juin 2016 par le terroriste musulman Omar Mateen contre une boîte de nuit homosexuelle à Orlando en Floride qui a tué 49 personnes et blessé 53 autres ciblaient également les chrétiens.

Après l’attaque, de nombreux médias renommés ont blâmé les chrétiens d’avoir engendré une atmosphère contre les homosexuels qui a favorisé cet attentat. Force est de constater, selon ICC, que les chrétiens aux États-Unis font face actuellement à des attaques constantes dans les médias, où ils sont dépeints comme intolérant, raciste, sexiste et fermé d’esprit.

Ces idées préconçues sur les croyants en Jésus-Christ peuvent aussi se traduire par des agressions directes contre les chrétiens, souligne ce rapport qui cite des statistiques du First Liberty Institute indiquant que les attaques contre la religion ont doublé entre 2012 et 2015.

Par ailleurs, une certaine fange de la société et les tribunaux semblent déterminés à vouloir conduire la foi en dehors de la « place publique ».  Les chrétiens sont ainsi de plus en plus marginalisés par la loi et par la population. Il suffit pour cela de penser au cas d’un entraîneur de football chrétien suspendu pour avoir prié avant un match, de propriétaires chrétiens forcés de payer une amende de 135 000 dollars pour avoir refusé de faire un gâteau pour un mariage homosexuel, ou encore d’une infirmière chrétienne licenciée pour avoir témoigné de sa foi à ses patients.

Citant plusieurs autres incidents du même style, ICC conclue en disant, qu’aux États-Unis, la liberté religieuse englobant plusieurs droits fondamentaux comme la liberté de penser, de parole, d’expression et de rassemblement fait clairement parti du premier amendement. Ce droit est aujourd’hui remis en question et l’objectif essentiel est de protéger le droit des citoyens à pratiquer la religion sur la « place publique ».

Des décennies d’accumulations de décisions judiciaires ont complexifié le premier amendement afin que les tribunaux, au mépris des fondateurs, poussent la religion de la sphère publique dans un espace restreint d’expression privée.

Les tribunaux on décidé que la  pleine liberté religieuse et d’expression est possible dans l’église et à la maison, mais doit être maîtrisée et contrôlée dans le domaine public, une tendance jugée inquiétante dans un pays qui a longtemps tenu à l’idéal de la liberté religieuse.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.