Chrétiens

La chrétienne Ma Huichao condamnée en Chine

  | 

Une femme chrétienne chinoise de la région occidentale du Xinjiang a été condamnée à trois ans de prison pour avoir conduit une étude biblique. Elle a été condamnée sur la base d’une accusation de « rassemblement d’une foule pour troubler l’ordre public ».

Selon China Aid, un organisme dédié à la dénonciation des violations des droits de l’homme et de la persécution en Chine, Ma Huichao a été arrêtée, ainsi que quatre autres chrétiens, par les autorités du Parti communiste alors qu’elle tenait une réunion d’étude biblique. Accusée d’avoir rassembler une foule pour troubler l’ordre public, elle a été condamnée à trois ans de prison, sans que son avocat n’ait été autorisé à plaider son innocence.

La Chine réprime sévèrement toutes les églises qui ne sont pas enregistrées. Au cours des années précédentes, elle a ainsi arrêté des centaines de pasteurs et de fidèles chrétiens des églises de maison sur des accusations de trouble à l’ordre public.

Le nouveau règlement sur les affaires religieuses entré en vigueur en octobre 2016 a encore davantage augmenté le contrôle du gouvernement sur les églises et la persécution des chrétiens en Chine. Prêcher, organiser des activités religieuses, octroyer des cours bibliques dans des institutions religieuses ou des écoles, fournir des services religieux par internet est strictement interdit. Les citoyens chinois ne sont pas non plus autorisés à suivre des conférences, cours ou activités religieuses à l’étranger.

La campagne de démolition des croix des églises, engagée sur le motif que ce symbole chrétien enfreignait les codes du bâtiment a été une autre façon de réprimer le christianisme dans le pays. Selon certains observateurs chrétiens, les objectifs du régime sont clairs et consisent à supprimer la croissance du christianisme dans le pays.

« Le gouvernement veut contrôler tout, même les plus petits aspects. Une des caractéristiques de ce projet consistera à donner plus de pouvoir aux autorités locales pour contrôler les communautés chrétiennes », a déclaré Zhou, un pasteur à l’agence China Aid.

Le contrôle est de plus en plus serré. Une femme du nom de Tu Yan, par exemple, a commencé à fréquenter des églises au Yunnan. Elle rentrait chez elle après une réunion chrétienne le 22 octobre, lorsqu’elle a été soupçonnée d’être allé à un culte pour contrecarrer la loi.

Un mois plus tard, elle a été arrêtée pour le même chef d’accusation. Les autorités l’ont également accusé d’être le maillon principal de deux ‘mauvais cultes’ et d’organiser trois réunions au nom de ces institutions.

Les dirigeants des camps chrétiens ont également été arrêtés et accusés de «lavage de cerveau» des enfants parce qu’ils leur enseignaient le christianisme, comme c’est le cas de deux enseignantes dans le Xinjiang en août.

« Les deux femmes ont été accusées d’endoctriner les mineurs avec des croyances superstitieuses. La loi chinoise interdit l’enseignement religieux à toute personne âgée de moins de 18 ans, parce qu’elle croit que la foi est un lavage de cerveau dangereux dont les enfants doivent être protégés ».

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.