A la une

Zhang Kai, un avocat chrétien chinois maintenu 2 jours en garde à vue

  | 

Après avoir passé deux jours en garde à vue, Zhan Kai, avocat chrétien des droits de l’homme en Chine, a été autorisé à retourner chez ses parents dans le nord de la Mongolie intérieure.

Au cours de la matinée du 27 décembre rapporte China Aid, une organisation qui dénonce les abus subis par certains chinois en matière de droits de l’homme et de liberté religieuse, des fonctionnaires de divers bureaux de la sécurité publique ont convoqué Zhan Kai à un poste de police local. Selon Zhang Yan, sa sœur, le célèbre avocat chinois recevait régulièrement des assignations à se présenter aux autorités de police, puisqu’il est actuellement libéré sous caution après avoir été en détention préventive.

Cette fois-ci, cependant, les choses se sont passées différemment puisque le défenseur des droits de l’homme a été maintenu en prison pendant 48 heures sans que sa famille ne sache ce qu’il était devenu.

Face à cette disparition inquiétante, sa mère a lancé un appel urgent pour attirer l’attention des internautes sur le cas de son fils. La nouvelle s’est répandue, et un utilisateur des réseaux sociaux a déclaré que les autorités pourraient agir comme elles l’ont fait avec Yang Hua, en l’accusant de divulguer des secrets d’État et utiliser cette raison pour l’arrêter.

Selon Zhang Yan, aucune des actions récentes de son frère ne justifiait une sommation de la police, puisqu’il à chercher à se faire oublier en passant son temps à la lecture et à prendre soin de son poisson rouge.

Zhang Kai a finalement été libéré deux jours plus tard vers 12 h 30.

En août 2015, Zhang Kai avait été arrêté, ainsi que deux de ses assistants, dans l’enceinte d’une église de la province du Zhejiang parce qu’il défendait les églises touchées par la campagne de démolition des croix mise en place par le gouvernement chinois.

Suite à cette arrestation, Zhang Kai a été détenu sous «la surveillance résidentielle dans un endroit non divulgué», un terme officiel utilisé par le gouvernement chinois plus communément appelé «prison noire».

Toutes les personnes qui sont détenues dans ces prisons disparaissent du jour au lendemain et sont gardées dans un endroit inconnu et non divulgué où les prisonniers sont surveillés. Pendant de long mois, la famille et les proches de Zhang Kai étaient donc sans aucune nouvelle de lui jusqu’à ce qu’il refasse surface le 25 février dernier sur la télévision d’État, contraint à confesser ses « crimes » par des fonctionnaires du gouvernement.

Les autorités du Zhejiang l’ont ensuite accusé de «mise en danger des secrets d’État» et de « troubles à l’ordre public » par le rassemblement d’une foule. Il a ensuite été détenu pénalement avant d’être libéré, le 23 mars, sous caution.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.