Actualité chrétienne

Les conditions de détentions inhumaines des chrétiens au Vietnam

  | 

Le pasteur Nguyen Cong Chinh au Vietnam a été placé en isolement parce qu’il « refusait d’accepter ses crimes » et défendait les droits des autres prisonniers d’opinion. Parce qu’il est chrétien, ses conditions de détention sont plus inhumaines que celles des prisonniers de droit commun.

Après avoir attendu pendant trois heures sous la pluie pour rendre visite à son mari, le pasteur luthérien Nguyen Cong Chinh détenu à la prison de Phuoc à Binh Duong, Tran Thi Hong, son épouse a appris qu’il avait été transféré à la prison de Xyan Loc dans la province de Dong Nai.

Lorsqu’elle s’est rendue, le lendemain matin, dans son nouveau lieu de détention, les responsables de la prison l’ont informé que le pasteur n’avait pas le droit d’appeler sa famille ni de l’informer qu’il avait été transféré dans une autre prison, comme elle l’a expliqué à ucanews :

«Lorsque je suis arrivée à la prison de Xuan Loc le lendemain, les responsables de la prison m’ont dit que ‘Chinh n’avait pas le droit d’appeler sa famille ni de l’informer qu’il avait été déplacé parce qu’il refusait d’accepter ses crimes’»

Hong a ajouté : «Je leur ai dit que mon mari ne faisait rien de mal et qu’ils le traitaient de manière inhumaine.»

Le pasteur Nguyen Cong Chinh,  50 ans, qui luttait pour la liberté religieuse des chrétiens des groupes ethniques minoritaires dans les hauts plateaux centraux, a été accusé d’ avoir porté atteinte à la solidarité nationale en vertu de l’article 87 du Code pénal vietnamien. Reconnu coupable, il a finalement été condamné à 11 ans de prison en 2011.

Depuis cette date, il a été déplacé dans trois camps différents et n’a pas été autorisé à appeler sa famille, même lorsque sa mère est décédée.

Au cours de la visite de Hong à la prison de Xuan Loc, elle n’a été autorisée à parler à Chinh qu’ à travers une vitre et lui a parlé par téléphone pendant 45 minutes.

« Il est gardé dans une cellule qui est loin des autres, et on lui donne de la nourriture par une petite fenêtre deux fois par jour », a déclaré Hong. « Les agents de la prison lui ont enlevé tous ses biens, y compris une copie de sa Bible. Ils ne m’ont pas non plus autorisé à lui donner de la nourriture, des médicaments et des vêtements. »

En août dernier, le pasteur Chinh et d’autres prisonniers religieux se sont mis en grève de la faim pour exiger qu’ils soient autorisés à appeler leurs familles cinq minutes par mois comme les autres prisonniers. Accusé de diriger les grévistes de la faim, le responsable chrétien a été puni en étant déplacé à la prison de Xuan Loc.

Selon Tran Thi Hong, son mari est trop faible pour purger le reste de sa peine de 11 années de prison :

« Il est en mauvaise santé, il souffre d’hypertension artérielle et a une sinusite sévère – Je crains qu’il ne soit trop faible pour terminer le reste de sa peine. »

Selon un militant basé à Ho Chi Minh, les prisonniers d’opinion (dont la liberté est restreinte en raison de leurs convictions politiques ou religieuses) au Vietnam sont traités cruellement dans les prisons. Contraints à travailler dur, leurs conditions de détention sont très mauvaises.

« Ils sont transférés dans des camps éloignés de leurs foyers et leurs proches qui vivent dans la pauvreté ne peuvent pas se permettre de les visiter et de leur donner de la nourriture », a-t-il déclaré à ucanews.com.

Selon  ce militant,  les agents de prison  traitent inhumainement les prisonniers d’opinion afin d’exercer sur eux une pression pour «les forcer à avouer leurs crimes et à accepter des convictions injustes».

La « Political and Religious Prisoners Friendship Association », une organisation basée au Vietnam a rapporté dernièrement que des centaines de prisonniers d’opinion seraient maintenus en prison dans le pays. Elle estime également que des centaines d’autres venant de groupes ethniques minoritaires des régions montagneuses et dans les provinces du nord pourraient également être détenus dans des camps pour avoir participé à des activités religieuses.

La Rédaction

L'équipe du Journal Chrétien est composée des journalistes, pasteurs, théologiens et intellectuels chrétiens.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.