Chrétiens persécutés

Un couple chrétien condamné à mort pour un SMS blasphématoire

  | 

Un couple chrétien pakistanais illettré, Shafqat Emmanuel et Shagufta Kausar, a été condamné à mort pour avoir envoyé un SMS blasphématoire. Au Pakistan, les minorités religieuses se voient régulièrement accusées de blasphème. Il suffit d’une rumeur pour que les islamistes mettent le feu à un quartier entier.

Shafqat Emmanuel, un père de famille chrétien condamné à mort au Pakistan

Shafqat Emmanuel et son épouse Shagufta Kausar sont deux chrétiens pakistanais âgés d’une quarantaine d’années. Ils ont quatre enfants (Ambrose, Danish, Sarah et Amir) âgés de 7 à 15 ans. Depuis un grave accident dont il a été victime il y a dix-sept ans, Shafqat est paraplégique. Son épouse Shagufta Kausar travaillait comme femme de ménage pour subvenir tant bien que mal aux besoins de la famille.

Cette famille chrétienne habitait la petite ville de Gojra, dans la province du Pendjab au Pakistan, qui avait été le théâtre d’agressions contre les chrétiens en 2009. Prétextant qu’un chrétien aurait brûlé des pages du Coran, un groupe d’islamistes avait brûlé vifs huit chrétiens et complètement détruit plusieurs dizaines de maisons.

La plainte pour blasphème a suscité des attaques contre un quartier chrétien

En juin 2013, les chrétiens de Gojra ont subi un nouveau coup dur avec l’arrestation arbitraire de Shafqat Emmanuel et Shagufta Kausar, qui sont soupçonnés d’avoir envoyé un SMS blasphématoire alors qu’ils sont quasi-analphabètes. Sous la pression des islamistes, la police a torturé ce père de famille handicapé jusqu’à ce qu’il «avoue».

Shafqat Emmanuel, un père de famille handicapé condamné à mort pour avoir envoyé un SMS

Comment ce couple chrétien illettré aurait-il pu rédiger le SMS en question? Nadeem Hassan, l’avocat du couple, rappelle encore que Shafqat Emmanuel n’était même pas en possession de son téléphone portable, puisqu’il l’avait perdu plus d’un mois auparavant. Après une enquête de police, la carte SIM n’a d’ailleurs pas pu être trouvée. Seul un document de la société de téléphonie attestant que le numéro avait été attribué à Shagufta a été présenté au tribunal.

Lors de l’audience qui a eu lieu début avril 2014, les avocats islamistes de l’accusation ont exercé de fortes pressions sur le juge en récitant des versets du Coran qui exigent la peine de mort pour les blasphémateurs et en menaçant de faire eux-mêmes justice.

Intimidé par ces menaces, le juge a condamné à mort ce couple chrétien malgré l’absence de preuve, leur infligeant de plus une amende élevée correspondant à environ 750 euros.

En juin 2016, les membres de plusieurs organisations de défense des droits de l’homme ont demandé au président pakistanais Asif Ali Zardari de libérer Shafqat Emmanuel et Shagufta Kausar à l’occasion de la fête du ramadan. Christian Solidarity International est allé plus loin en lui demandant de gracier cette année des victimes innocentes des lois sur le blasphème et à s’engager pour que ces lois soient révisées afin d’empêcher d’autres abus. Il faut mettre fin aux condamnations d’innocents!

La Rédaction

L'équipe du Journal Chrétien est composée des journalistes, pasteurs, théologiens et intellectuels chrétiens.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.