Chrétiens persécutés

Chine : la chrétienne Ma Huichao dans la tourmente

  | 

Les autorités chinoises on empêché Li Dunyong, un éminent avocat des droits de l’homme, de plaider en faveur de la chrétienne Ma Huichao, qui est accusée de troubles à l’ordre public pour avoir tenu un service religieux considéré comme « illégal ».

Alors que Ma Huichao dirigeait une réunion dans le Xinjiang avec quatre autres chrétiens, elle a été accusée par les autorités administratives de rassembler une foule pour troubler l’ordre public. Arguant du fait que ces chrétiens organisaient des services religieux sans l’approbation du gouvernement, les chrétiens qui s’étaient rassemblés dans la maison de Ma Huichao ont été mis en prison avant d’être finalement libérés.

Les autorités ont cependant décidé de poursuivre Ma, et de lui intenter un procès qui s’est tenu en novembre. Au cours de l’audience, son avocat, Li Dunyong, n’a pas été autorisé à plaider son innocence et le procès a finalement été ajourné.

Selon un nouveau règlement promulgué le 7 octobre dernier par les autorités du pays, les « citoyens jouissent de la liberté religieuse » en Chine et « aucune organisation ne peut discriminer les citoyens qui croient en une religion ».

Toutefois, ce texte impose parallèlement de nombreuses restrictions. Il stipule, par exemple, l’interdiction de prêcher ou d’exécuter des évènements religieux dans les écoles, ou encore de « fournir des services religieux en ligne ». Et ce n’est pas tout. Les groupes ont l’interdiction formelle d’organiser des sessions de formations religieuses, des conférences ou des activités à l’étranger. Les parents et tuteurs de la région du Xinjiang n’ont pas non plus l’autorisation d’encourager ou d’imposer des activités religieuses à leurs enfants. Dans le cas où ils enfreindraient ces règles, ils seront signalés à la police.

Une des mesures phare de ce nouveau règlement est la mesure consistant à éliminer tous les cultes non officiels comme les cultes dans les églises de maison pour les chrétiens, mais aussi les cultes « séparatistes » comme les tibétains ou les ouïghours musulmans.

Le gouvernement cherche, à travers ces nouvelles règles, à renforcer le contrôle du Parti communiste sur la société et à lutter contre les influences étrangères, considérées comme une menace.

En Chine, la répression des croyances religieuses s’est intensifiée ces dernières années. China Aid rapporte qu’au cours des deux derniers mois seulement, des dizaines de chrétiens de toute la région ont été placés en garde à vue à cause de la pratique de leur foi. Selon son rapport annuel sur la persécution religieuse publiée plus tôt cette année, l’année 2016 est marquée par les campagnes de persécutions les plus tyranniques depuis la Révolution culturelle.

Les nouvelles restrictions de la loi promulguée en octobre violent la Constitution qui garantit la liberté de croyance religieuse, rapporte encore China Aid.

La croissance de l’Église en Chine qui n’a jamais été aussi forte (près de 67 millions de chrétiens aujourd’hui) fait peur aux autorités. Selon le Pew Research Center, environ la moitié de la population chrétienne du pays adorerait Dieu dans des églises de maison non enregistrées, formant ainsi le « plus grand groupe social autonome en Chine. »

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.