Chrétiens d'Egypte

Égypte : des extrémistes musulmans brûlent un centre chrétien

  | 

Des extrémistes musulmans ont mené, vendredi 25 novembre, une attaque contre des chrétiens en Haute-Égypte. Après avoir incendié un centre communautaire pour personnes âgées, ils ont détruit à l’aide de cocktails molotov et de pierres plus d’une dizaine de maisons et d’entreprises appartenant à des coptes.

Parce qu’ils étaient soupçonnés par les extrémistes de vouloir transformer une salle de réunion et un centre communautaire en église, les chrétiens du village d’Al-Nagameesh, dans le gouvernorat de Sohag, ont dû faire face à une attaque qui a fait de nombreux dégâts matériels et quatre blessés légers.

Tout a commencé trois jours plus tôt, lorsque le père Marqrious a organisé, au sein du centre communautaire, un service pour marquer le premier anniversaire de la mort de son père. Pour des raisons inconnues, les villageois musulmans qui ont entendu parler de cette cérémonie commémorative ont imaginé que le centre allait être transformé en bâtiment d’église, ce qui a immédiatement provoqué leur colère.

Les plus extrémistes d’entre eux ont alors décidé de passer à l’action. Dans un premier temps, soit deux jours avant l’attaque, ils ont traversé la ville en distribuant des dépliants exprimant le rejet de la mise en place d’un édifice religieux dans le village et ont demandé à des musulmans fidèles d’attaquer la salle et le centre communautaire.

Le jour J, après les prières de midi dans le village d’Al-Nagameesh, une foule s’est formée.  Après avoir mis le feu à l’établissement pour personnes âgées, elle a bloqué l’accès des pompiers au village et coupé l’approvisionnement en eau. Les gendarmes du feu ont alors été incapables d’atteindre le bâtiment en flammes jusqu’à ce que la police se présente et écarte l’émeute avec du gaz lacrymogène.

29 agresseurs ont finalement été  arrêtés par les forces de l’ordre, mais 15 d’entre eux ont été rapidement libérés. Quatorze personnes sont restées en détention dans l’attente d’une enquête.

Un peu plus tard dans la journée,  Ayman Mohamed Abdel Monaem,  le gouverneur de Sohag, a ordonné une réunion de réconciliation entre les anciens de la communauté chrétienne et les anciens de la communauté musulmane du village afin de calmer les tensions.

Selon des militants des droits de l’homme, le feu a détruit la salle destinée à différentes manifestations communautaires et laissé d’autres bâtiments en ruine, et notamment une dizaine de maisons. Quatre chrétiens coptes ont été légèrement blessés lors de cette agression.

Jusqu’alors, la salle des fêtes et le centre communautaire étaient principalement utilisés par près de 2000 personnes appartenant à la communauté chrétienne minoritaire d’Al-Nagameesh. Il s’y tenait ainsi des funérailles, des mariages et parfois des réunion de prière.

C’est trois mois après l’adoption par le Parlement d’une loi qui régit la construction des églises en Égypte que l’attaque d’Al-Nagameesh a eu lieu.

Si le gouvernement égyptien a célébré cette loi, les défenseurs des droits de l’homme dénoncent le fait que ce texte ne fait que codifier les normes discriminatoires entre les musulmans et les chrétiens en Égypte pour la construction de structures destinées au culte chrétien.

«La nouvelle loi qui permet aux gouverneurs de refuser les permis de construire des églises sans la possibilité de faire appel, exige que les églises soient construites proportionnellement au nombre de chrétiens originaires de la région. Elle contient aussi des dispositions de sécurité qui risquent de soumettre les décisions aux caprices de foules violentes « , a affirmé Human Rights Watch.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.