Chrétiens persécutés

Inde : les chrétiens pris pour cible par des rebelles maoïstes

  | 

Les chrétiens sont de plus en plus persécutés en Inde, non seulement par les extrémistes hindous, mais également par les naxalites maoïstes qui mènent une guérilla sanglante dans ce pays. Chandan raconte comment les rebelles ont assassiné son mari, le pasteur Aadarsh.

La rébellion naxalite est une insurrection des Maoïstes qui s’étend sur plusieurs régions en Inde. Opposés au gouvernement du pays, les rebelles de ce groupe extrémiste sont engagés dans une lutte pour les droits de certains groupes tribaux. Tournés vers des méthodes de guérilla, ils mènent des attaques sanglantes.

C’est lorsque les rebelles cherchent à gagner de nouvelles recrues parmi les jeunes que les chrétiens s’opposent à eux. Dans d’autres circonstances, les naxalites sont incités par les extrémistes hindous à combattre les disciples de Jésus. Dans la dernière décennie, des milliers de chrétiens ont été ainsi tués, battus, enlevés et violés par ces extrémistes.

C’est le cas du Pasteur Aadarsh, que son épouse Chandan décrit à l’organisation Portes Ouvertes comme un homme pour qui la prière avait une grande importance et  grâce à qui près de 30 membres d’une tribu animiste s’étaient tournés vers Jésus. Il portait particulièrement les jeunes à coeur, qu’il avait encouragé à ne pas se joindre aux rebelles naxalites, mais à continuer les études et à trouver un métier.

Un jour, poursuit Chandan, un groupe de trente hommes s’est approché de leur maison en criant qu’ils allaient le tuer.

Chandan témoigne ensuite de ce qui s’est passé : « Comme ils l’ont traîné dehors, je me suis accrochée à lui. Cependant, ils m’ont frappé très fort sur le dos et je suis tombée par terre. La porte s’est refermée et ils ont disparu dans la jungle. Quelques heures plus tard son corps sans vie a été retrouvé par des villageois dans la jungle ».

Peu de temps après l’assassinat du pasteur Aadarsh, des partenaires de Portes Ouvertes international ont rendu visite à Chandan et ses quatre enfants qui avaient tous fui leur village précipitamment.

« D’abord, nous avons apporté de la nourriture et des vêtements », a déclaré un membre de l’équipe. « Ils avaient pris leur fuite en emportant que leur vêtement sur eux et avaient désespérément besoin d’aide pratique. Notre visite les a réconforté ».

Au cours de la visite, elle semblait préoccupée.Quelqu’un lui demanda alors si elle avait pensé à abandonner Jésus. A cette question, la réponse fusa, son ambiguïté : « je préfèrerais mourir ».

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.