Chrétiens du Pakistan

Pakistan : la liberté d’expression des chrétiens sur internet menacée

  • Nov 25
  • 0

Avec la fermeture récente de onze chaînes de télévision chrétiennes au Pakistan et le durcissement de la législation relative à Internet, la liberté d’expression des chrétiens dans les médias semble de plus en plus menacée.

Le gouvernement pakistanais invoque officiellement la lutte contre les menaces terroristes et l’encadrement de la cybercriminalité pour expliquer le durcissement de la législation relative à internet. Le cyber-terrorisme sera, par exemple, passible de quatorze années d’emprisonnement.

Mais c’est un autre aspect de la loi sur la cybercriminalité qui pourrait conduire à une augmentation de la persécution pour les chrétiens : selon cette loi, en effet, “toute incitation à la haine basée sur des critères ethniques, religieux ou sectaires sera passible de sept ans de camps de travaux forcés”. De la même façon, toute personne parodiant publiquement sur Internet un autre individu pourrait se voir condamné à trois ans de prison.

Selon les experts des organisations de défense des droits de l’homme, c’est le caractère ambigu (termes vagues, absence de définition précise) de cette nouvelle loi qui est inquiétant. Le risque de mauvaise interprétation est réel, ce qui non seulement peut conduire à condamner des personnes injustement mais aussi réduire la liberté d’expression.

Nighat Daad, fondateur de Digital Rights Foundation, s’est offusqué de cette nouvelle loi que élargirait les pouvoirs de la police en matière de cyber-contrôle et donnerait des pouvoirs illimités aux autorités de la télécommunication pour décider ce qui est illégal. La protection des données personnelles des Pakistanais n’a par contre pas été abordée par l’État.

Les chrétiens sont eux aussi inquiets de cette nouvelle loi, eux qui régulièrement sont accusés, souvent à tord, de blasphème pour des motifs n’ayant rien à voir avec cela.

Pour le P. Qaiser Feroz, le directeur du National Catholic Communication Center “restreindre internet, c’est restreindre les possibilités d’évangélisation. Il ajoute : “Nous sommes d’accord pour interdire les sites immoraux ou antireligieux, mais il ne devrait pas y avoir de restrictions quant aux contenus relatifs à la démocratie ou au développement. »

Avec la fermeture de onze chaînes de télévision pakistanaise chrétiennes le 15 octobre dernier, Internet reste le seul moyen pour le disciple de Jésus de partager librement sa foi (en visionnant les émissions sur You Tube notamment). Une liberté qui pourrait bientôt être restreinte, ceci d’autant plus que certains musulmans pakistanais se plaignent de voir des émissions s’adressant aux chrétiens sur Internet.

Il y a bien deux vitesses au Pakistan : alors que les musulmans peuvent partager librement leurs croyances, ce n’est pas le cas des chrétiens qui peuvent être rapidement accusés de prosélytisme. Sur les chaines de télévision pakistanaises, la même discrimination existe : la diffusion de messages chrétiens n’est en effet autorisée qu’à Noël et Pâques, pour moins d’une heure de diffusion par an.

A propos de l’auteur

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.