Actualité chrétienne

Maroc : les chrétiens revendiquent une reconnaissance officielle de l’État

  | 

Les chrétiens marocains commencent à demander une reconnaissance officielle de leur existence à l’État. Selon une étude qui vient de paraître, le pluralisme religieux est en effet loin d’être une réalité au Maroc. Des amendes et des peines d’emprisonnement menacent notamment les musulmans qui voudraient devenir chrétiens.

Une étude de la Coordination maghrébine des organisations des droits de l’Homme dont les résultats ont été présentés ce mardi à Rabat vient de mettre en évidence qu’au Maroc, le pluralisme religieux n’est pas garanti.

Même si la liberté de l’exercice du culte est inscrite dans la constitution du 1er juillet 2011 et autorisée par l’État, de nombreux obstacles se dressent devant les Marocains qui changent de convictions religieuses ou se convertissent au christianisme souligne le collectif.

Selon l’article 220 du codé pénal, peuvent ainsi être puni de peines d’emprisonnement et d’amendes les citoyens qui voudraient se convertir à une autre religion que l’islam.

Les chrétiens marocains commencent d’ailleurs à revendiquer, dans le pays, une reconnaissance officielle par l’état. A l’occasion de la fête de Noël l’année dernière, ils s’étaient adressés au roi Mohammed VI pour demander l’autorisation de célébrer la naissance de Jésus en toute liberté, tant dans les maisons que dans les églises officielles où elles ont déjà lieu.

Dans ce courrier, ils demandaient également que les restrictions directes ou indirectes soient enlevées.

Une revendication tout à fait légitime dans un pays qui a signé le Pacte international relatif aux droits civils et politiques qui évoque, dans son article 18 « le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ». Une bataille à mener au Maroc, pour les organisations des droits de l’Homme, pour que les clauses de ce Pacte soient réellement appliquées dans le pays.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.