International

Bangladesh : les autorités peinent à protéger les minorités

  | 

Selon un rapport qui vient de paraître, le gouvernement du Bangladesh a failli à sa mission de protection vis à vis des minorités religieuses, et notamment des chrétiens.

Selon l’organisation « Minority Rights Group International » qui vient de publier un rapport de 25 pages le 17 novembre dernier, les minorités religieuses au Bangladesh, et notamment les chrétiens, les bouddhistes et les hindous feraient face à des attaques de plus en plus fréquentes commises par des extrémistes islamistes liés à Al-Qaïda.

Plus récemment, l’État islamique a lui aussi revendiqué certaines attaques, et notamment l’assassinat de deux personnes converties de l’islam au christianisme et deux autres chrétiens dans la première moitié de l’année.

Le gouvernement du Bangladesh cependant, déni jusqu’à présent la présence de Daesh sur son territoire. Selon le rapport de Minority Rights Group International, non seulement les autorités du Bangladesh seraient défaillantes dans la protection des minorités, mais peineraient également à faire comparaître un grand nombre d’auteurs d’attaques en justice.

Selon cette organisation de défense pour les minorités, des préjugés sociaux et une intolérance religieuse a été observée envers les minorités non-musulmanes. De plus, certains signes montrent que certains habitants du Bangladesh seraient favorables aux mouvements extrémistes.

Dans ce pays, décrit encore le document de l’organisation internationale, les chrétiens ont longtemps été victimes de discrimination et de harcèlement, et les violences contre les minorités, comme le harcèlement sexuel, l’enlèvement et le mariage forcé y sont quotidiennes.

Les femmes chrétiennes, ainsi que les femmes bouddhistes et les femmes hindoues sont souvent ciblées par la violence sexuelle poussant à « intimider et à déplacer des communautés de leurs terres. »

En raison du manque de représentativité des non-musulmans dans la politique, les « minorités religieuses restent marginalisées ». Avec l’arrivée d’un catholique, Albert Costa, élu pour remplir l’une des fonctions les plus élevées de plus grand parti d’opposition du pays, le Parti nationaliste du Bangladesh (BNP), les choses pourront peut-être changer. Mais rien est moins sûr tant les pressions sont énormes.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.