Chrétiens du Nigeria

Nigeria : 45 morts dans une attaque de cinq villages chrétiens

Chrétiens du Nigeria
  • Nov 20
  • 0

Le week-end dernier, une série d’attaques contre des communautés chrétiennes au centre du Nigeria a fait au moins 45 morts et plusieurs blessés.

Rien ne laissait présager ce massacre. Un accord de paix venait en effet d’être signé entre les éleveurs peuls, les communautés indigènes de Kaura et les régions voisines du gouvernement local. Une cérémonie, qui s’était tenue à Samaru Kataf, avait été suivie par le gouverneur Nasir El-Rufai de l’Etat de Kaduna qui avait félicité les communautés et assuré que son administration était déterminée à assurer la sécurité des vies et des biens.

Quelques jours seulement après la signature de cet accord, soit le dimanche 13 novembre, rapporte le site worldwatchmonitor (WWM) les chrétiens de cinq villages de la région du gouvernement local de Kaura, dans l’État de Kaduna ont pourtant été attaqués par des hommes armés de fusils, de couteaux, de machettes et d’explosifs.

Samuel Adamu, un résident de l’un des villages nommé Kitakum, a déclaré à WWM les agresseurs sont venus vers 19 heures locales.

“Ils ont assiégé le village avant de commencer à tirer sporadiquement et à lancer des explosifs dans nos maisons.”

Il raconte ensuite comment s’est déroulée l’attaque :

“Ils étaient armés de fusils, de couteaux, de machettes et d’explosifs. Ils ont massacré et abattu des femmes, des enfants et des personnes âgées qui ne pouvaient pas s’échapper.”

120 maisons, dont 8 églises de maison ont été incendiées. Selon certaines sources, les agresseurs étaient des bergers musulmans peuls.

En réaction aux tueries de dimanche 13 novembre, le gouvernement de l’État a condamné les attaques «barbares», affirmant qu’elles ne feraient pas obstacle aux efforts en cours pour construire la paix dans le sud du Kaduna.

Les victimes appartiendraient, en majorité à l’ Eglise évangélique Evangelical Church Winning All, la principale organisation chrétienne dans l’État de Kaduna, qui compte 950 églises, et plus de 2 millions de membres. Le président de ce mouvement pour l’État de kaduna a blâmé la violence en cours :

“Nous sommes parvenus à la conclusion malheureuse que l’intention annoncée du gouvernement de l’État de Kaduna  de reconstituer les réserves existantes de pâturages du bétail dans le sud du Kaduna est une motivation majeure pour le renouvellement de la violence et du nettoyage ethno-religieux dans les communautés du Kaduna du sud”, a déclaré le révérend Zachariah Gado.

Il a également déclaré que le don pour la reconstruction des églises détruites pendant les attaques  par le gouverneur de l’État de Kaduna n’était pas prioritaire, soulignant que cet argent aurait plutôt dû servir à  financer les agences de sécurité.

Depuis mars 2013, au moins 180 personnes ont été tuées et 10 000 déplacées, tandis que des centaines de propriétés, dont des dizaines d’églises, ont été incendiées. Quelques 16 villages ont été envahis par des bergers peuls, qui sont maintenant totalement installés avec leur bétail et leurs familles, a noté le révérend Gado.

Il a lancé un appel à l’État et aux gouvernements fédéraux pour la restauration de toutes les communautés qui ont été reprises par les bergers aux propriétaires légitimes, disant que le fait de ne pas le faire ne fera qu’inciter davantage d’anarchie.

Zachariah Gado a également réitéré ses appels pour l’établissement d’une base militaire dans l’état de Kaduna du sud, pour mettre fin aux tueries.

Chronologie des attaques des éleveurs peuls de mai à novembre 2016

31 mai 2016 : le village entier de Ninte est brûlé, les villages Dangwa attaqués

Le 31 mai 2016, le village entier de Ninte est brûlé, y compris trois églises, trois véhicules et de nombreuses denrées alimentaires. Unguwan Kafinta et les villages Dangwa sont attaqués : le bilan est lourd, puisque cinq personnes meurent dans l’attaque et 298 biens sont détruits.

1 et 2 août 2016 : le village d’Unguwar Anjo, d’Akwa et de Golgofa attaqués. 2 responsables d’églises meurent

Le village d’ Unguwar Anjo village comprenant une population estimée à environ 3500 habitants est totalement détruit par le feu. Un pasteur et un dirigeant de la communauté sont tués et deux églises, y compris beaucoup de matériaux sont détruits.

Le 2 août, à Akwa, l’attaque fait deux tués, 20 maisons sont incendiées, y compris des églises. Golgafa est entièrement décimées par le feu. Bilan : 9 tués

24 septembre 2016 : la ville de Godogodo, où des milliers de chrétiens s’étaient réfugiés, est attaquée

Sept personnes ont été tuées alors que des miliciens peuls attaquaient la ville. Le lendemain, une tentative de raid a été repoussée par les vigilants locaux et les forces de sécurité.

15 – 16 octobre 2016 : 300 miliciens peuls attaquent Godogodo : bilan : 30 morts, près de 28 000 déplacés

Plus de 300 miliciens ont assiégé la ville. Les meurtres et les incendies criminels ont continué jusqu’au 16 octobre et ont fait 30 morts et 326 blessés.  27 819 personnes fuient, 326 maisons sont brûlées, dont 7 églises. Des biens évalués à des milliers de dollars ont été pillés et détruits.

25 octobre 2016 : Le village de Misisi et de Pasakori sont attaqués : bilan : 9 morts, des maisons brûlées

Les attaques sur le village de Misisi (chef de Kaninkon) font 7 tués incluant le maire du village. 26 maisons sont brûlées. Les attaques sur Pasakori (3 km de Misisi) font également 2 tués et 16 maisons brûlées.

13 novembre 2016 : Les villages de Kigam, Kitakum, Unguwan Magaji, Unguwan Rimi et Kizipi sont assiégés

Le bilan est très lourd. 45 personnes sont tuées, 120 maisons et 8 églises de maison sont brûlées.

About Author

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.