Chrétiens persécutés

Inde : menacé d’être brûlé vivant, un pasteur se met à louer Jésus

  | 

Alors que des extrémistes hindous de l’État du Maharashtra en Inde s’acharnaient sur le pasteur Prashant Bhatnager en le rouant de coups avec une barre en fer, et après l’avoir aspergé d’essence pour de le brûler vif, ce serviteur de Dieu a commencé à prier et à louer Jésus.

Le pasteur Bhatnager et quatre chrétiens de l’Église de la Maison de Dieu étaient en train de prier pour une personne malade et de distribuer des tracts à Taloja, district de Raigad quand ils ont été attaqués par des extrémistes hindous, ont rapporté les dirigeants de l’église à Morning Star News.

Six assaillants  dirigés par Gurunath Mumbaikar (du Shri Ram Pratishtan Sanghtan) ont commencé par interroger les chrétiens, puis ils ont arraché leurs tracts et les ont emmené dans un hall public où ils les ont détenus pendant deux heures.

Deux heures plus tard, vers 20h30, raconte encore les responsables de l’église située dans l’État du Maharashtra, 30 autres extrémistes hindous sont arrivés sur les lieux, en dénigrant les chrétiens et en menaçant de les tuer. Suite aux avertissements de ne plus prier pour personne, ils ont relâché quatre chrétiens mais ont traîné le pasteur Bhatnager dans une voiture qui était suivie par 20 autres extrémistes à moto.

Dans la voiture, les hindous ont commencé à le frapper en l’accusant de conversions forcées, avant de finalement accélérer et de l’emmener dans un lieu isolé.

Arrivé à cet endroit, les assaillants ont traîné le pasteur au sol et l’ont battu avec une tige de fer tout en l’accusant de conversions forcées et de détruire les esprits des villageois en les contraignant à croire en Jésus-Christ.

« Ils m’ont tiré de la voiture et m’ont poussé au sol alors qu’ils pointaient un revolver sur moi, m’arrachaient mon téléphone et menaçaient de me prendre la vie », a témoigné le pasteur Bhatnager. Tous ont commencé à me battre, et j’ai commencé à saigner de la bouche et du nez. »

Les extrémistes ont continué en répandant de l’essence sur lui pour le brûler vivant.

« J’étais craintif, explique le pasteur Bhatnager, et j’ai commencé à trembler, mais là, j’ai commencé à louer Jésus et à prier. Mes attaquants se sont alors fâchés encore davantage et ont continué à me battre, me donner des coups de pied et des coups sur mon corps. Ma survie à une telle attaque est miraculeuse. Je vois encore davantage la fidélité de Dieu à travers cet incident. »

Suite à cette agression, le pasteur, baignant dans une mare de sang, s’est évanoui. Pensant qu’il était mort, les extrémistes l’ont mis dans la voiture pour l’emmener dans un autre endroit isolé. 15 minutes plus tard, ils l’ont de nouveau ramassé avant de le lâcher près de son village.

Un homme, qui passait par là,  a versé de l’eau sur son visage, l’a ranimé et l’a aidé à retrouver ses amis.

« Quand nous sommes arrivés au bord de la route où il a été pris en charge, il saignait encore profondément du nez, par la bouche et les oreilles, et il s’est à nouveau évanoui sur le chemin de l’hôpital » a déclaré Kamble.

Le pasteur a été emmené à Kharghar Medicity Hospital, mais en raison de la gravité de ses blessures, il a été admis plus tard dans l’hôpital municipal de Navi Mumbai, Vashi.

Le pasteur Prashant Bhatnager, âgé de 45 ans, se rétablit aujourd’hui encore de ses fractures aux bras et aux jambes, ainsi que des coupures et des éraflures sur sa tête et le reste de son corps.

Selon les responsable de l’église, la police a enregistré un premier rapport contre les attaquants et arrêté, le 16 octobre, le chef des assaillants, Mumbaikar. Ils ont également déclaré aux autorités qu’il n’ y avait aucun cas de conversions forcées, car ils ne faisaient que distribuer des brochures à ceux qui voulaient les prendre.

«Nous prions pour les personnes à leur demande, et les personnes viennent à l’église par leur propre volonté» a déclaré le pasteur Bhatnager. Nous n’avons jamais forcé ou obligé quelqu’un à croire en Christ contrairement aux accusations des extrémistes. »

Au cause de l’agression du pasteur Bhatnager, les chrétiens n’ont pas été en mesure de tenir une convention de prière qui devait se tenir le 17 octobre.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.