Actualité chrétienne

Des chrétiens kabyles contraints d’enterrer leur père selon les rites islamiques

  | 

Une famille chrétienne kabyle, dont le père, né de nouveau en Christ, venait de décéder, voulait lui donner un enterrement chrétien. Mais en raison des très fortes tensions avec les voisins musulmans, et sous la pression, Amar a finalement été enterré selon les coutumes islamiques.

Après une semaine d’hospitalisation dans un hôpital algérien, Amar, un père devenu chrétien de 70 ans, est décédé. Sa famille, dont plusieurs membres se sont convertis au christianisme d’un village situé près de la ville de Tizi-Ouzou, la principale ville de la Kabylie, l’ont pleuré et ont parlé avec les pasteurs de leur église sur les arrangements funéraires car ils souhaitaient un enterrement chrétien.

Selon Worldwatchmonitor qui rapporte ce témoignage, Amar, ainsi que deux de ses fils et une de ses filles étaient devenus chrétiens et avaient été baptisés dans une église locale. Comme de nombreux disciples de Jésus en Algérie, Amar et ses enfants font partie de la minorité chrétienne dans le pays qui se trouve majoritairement en Kabylie qui regroupe plus de 20 églises membres de l’Église protestante d’Algérie.

Afin d’honorer la foi d’Amar, sa famille avait décidé de ne pas l’enterrer selon les rites de morts islamiques pendant lesquels les musulmans se rassemblent pendant toute une nuit dans la maison de la personne décédée pour pleurer et chanter en appelant Allah et son prophète Mohammed à accueillir leur parent au paradis. Pendant cette cérémonie, le corps est également lavé.

Ils n’ont toutefois pas pu faire un enterrement chrétien, car le jour des funérailles, l’imam du village, et quelques membres plus âgés de la communauté ont visité la famille. Le chef religieux musulman a également exercer la pression sur le reste du village pour obliger les chrétiens à changer de décision concernant les funérailles d’Amar en disant :

« Nous sommes musulmans, et nous le resterons. Les funérailles de nos morts seront comme toujours, et nous ne renieront pas nos coutumes et notre religion. » Si quelqu’un veut enterrer ses morts dans notre cimetière, il devrait le faire selon nos traditions. « 

En raison de tensions croissantes avec les voisins, la famille d’Amar a reculé, et il a été enterré selon les coutumes islamiques.

Les chrétiens de la communauté ont essayé de consoler les enfants d’Amar en disant : «Notre frère Amar est déjà dans les bras de son Père».

Cette situation est loin d’être unique en Algérie puisque de plus en plus de familles chrétiennes rencontrent des difficultés pour obtenir une sépulture chrétienne pour leur parent décédé. Source régulière de conflit avec les voisins musulmans, les chrétiens peinent à se faire entendre par les autorités qui refusent d’intervenir dans ces différends, ce qui constitue, selon eux, une discrimination à leur encontre.

Afin de lutter contre ces discriminations,  l’Eglise Protestante d’Algérie a demandé aux Nations Unies, il y a deux mois en arrière, d’accorder plus de droits et de liberté à la minorité chrétienne du pays, et notamment l’abrogation de la loi interdisant l’évangélisation et la levée de l’interdiction de se marier avec des étrangers non musulmans.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.