International

Alain Stamp : « Pourquoi j’ai demandé pardon au président de RCA »

  | 

Au cours du « forum des évangélistes » organisé par l’Alliance évangélique centrafricaine qui s’est tenue en octobre dernier à Bangui, la Capitale de la Centrafrique, Alain Stamp, le président du comité consultatif du Conseil national des évangéliques français (Cnef) a demandé pardon, au nom de la France, aux 350 pasteurs et évangélistes venus de tout le pays participer à cette rencontre.

Pendant le séminaire de « guérison des cœurs brisés et de réconciliation », les 11 et 12 octobre qui précédait le « forum des évangélistes » de Bangui qui s’est tenu du 13 au 15 octobre 2016, Alain Stamp, premier orateur à devoir intervenir au cours du séminaire, face à la responsabilité de la France dans la situation de la Centrafrique (exploitation des richesses du sous-sol, ventes d’armes) savait dans son coeur qu’il ne pouvait être crédible face aux 350 responsables évangéliques rassemblés pour l’occasion.

Demandant à Dieu de le guider lors de sa prise de parole, il a commencé son intervention en déclarant :

« J’ai un double handicap : je suis blanc et je suis français. »

Face à cette affirmation, explique-t-il sur le site toutpoursagloire.com, des dizaines de têtes ont approuvé ce qu’il venait de dire. Il raconte alors comment il a demandé pardon à l’ensemble des chrétiens venus à ce forum :

« J’ai alors simplement demandé pardon pour les actions graves inadmissibles et révoltantes que mon pays a commis en Centrafrique, et exprimé mes regrets et ma compassion. Par l’intermédiaire d’un pasteur j’ai demandé si les chrétiens centrafricains présents pouvaient me pardonner. Il leur a posé la question en Sango, langue vernaculaire, et la réaction a été merveilleuse et bruyante de joie ! »

Le thème développé au cours de cette rencontre de responsables évangéliques de toute la Centrafrique qui était : « face à la souffrance et l’épreuve ».

Pendant les deux jours de séminaire animés essentiellement par Albert Mabasi Sindao, pasteur rwandais, délégué par African Enterprise, qui a perdu toute sa famille durant le génocide, les questions de guérison intérieure, de pardon et de réconciliation ont été abordées.

Dans ce cadre, Alain Stamp explique combien sa démarche spirituelle de demande de pardon, était nécessaire. Il fallait demander pardon pour la responsabilité de la France dans la situation du pays et les souffrances des chrétiens, et ainsi rentrer dans une relation de « confiance spirituelle » avec ses interlocuteurs.

La démarche de demande de pardon d’Alain Stamp est très rapidement qualifiée par les responsables centrafricains d’  « acte fondateur du Forum. »

Face à son humilité et sa repentance, Alain Stamp explique que dans les jours qui ont suivi, de nombreux chrétiens présents, notamment des jeunes se repentent et viennent lui demander pardon, en regrettant leur réaction « contre la France ». D’autres vivent de véritables guérisons intérieures.

« L’un d’entre eux m’a demandé pardon au nom de la jeunesse centrafricaine. », explique encore Alain Stamp.

Le président de l’Alliance Évangélique Centrafricaine a demandé à Alain Stamp, à la fin du séminaire où le Président de la République de Centrafrique Faustin-Archange Touadérasi, un chrétien convaincu était invité, s’il était prêt à renouveler sa demande de pardon en sa présence. Ce qu’il a accepté, comme il l’explique lui-même :

« J’ai ainsi eu l’occasion de m’adresser au président de la RCA, ainsi qu’au Ministre de l’Intérieur – fils de feu l’empereur Bokassa, converti à Jésus – pour rappeler comment était né le projet d’un FDE précédé d’un séminaire, et qu’à mon arrivée en RCA j’avais découvert le rôle de la France dans son pays. Je lui ai demandé pardon en précisant que je n’étais pas mandaté pour cette demande de pardon, que je ne parlais qu’au nom de mes trois collègues européens présents, mais que je m’engageais à expliquer en France la raison de la démarche que j’accomplissais à son égard et les raisons de celle-ci. »

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.