Chrétiens persécutés

Témoignage d’un musulman kurde converti au christianisme

  | 

Un musulman converti au christianisme devenu responsable d’une église Kurde a témoigné qu’après que son père ait tenté de le tuer dans son pays d’origine, la persécution a continué lorsqu’il est arrivé dans un camp de réfugié dans le nord de la France. Il a été régulièrement torturé et menacé par les musulmans.

C’est alors qu’il vivait encore au Kurdistan que l’homme, élevé dans une famille musulmane pratiquante, s’est converti au christianisme. Il a alors commencé à évangéliser dans les rues, ce qui a entraîné son arrestation par la police. Il a également reçu deux fois des lettres l’avertissant qu’il serait tué s’il ne revenait pas à l’islam. Il explique également les menaces qu’il a reçues des responsables religieux musulmans en ces termes :

« Dans la mosquée, les imams parlaient de moi, de mon père et de mon petit frère, qui est devenu chrétien aussi … L’imam parlait de nous dans le micro à partir de la scène en disant : « ils sont kafirs (c’est à dire des mécréants), ils doivent mourir. Mon père (un musulman) a été rempli de honte. »

Alors que cinq de ses proches parents  sont devenus chrétiens, d’autres membres de sa famille se sont encore davantage voué à l’islam, au point que l’un de ses frères a commencé à soutenir l’État islamique

Une nuit, son père âgé est entré dans sa chambre avec un couteau et a tenté de le tuer. Peu de temps après, plusieurs hommes avec de longues barbes qu’il a décris comme appartenant à Daesch sont entrés dans sa maison. Tout en se cachant dans sa chambre, il a entendu sa mère mentir pour lui, disant qu’il n’était pas à la maison,  ce qui lui a permis de s’échapper par la porte arrière sans aucune possibilité de dire au revoir.

Sa fuite l’a alors conduit à traverser la Macédoine, la Serbie, la Croatie et la Grèce. Pendant neuf mois, il a vécu dans des camps de réfugiés en dehors des villes françaises de Calais et de Dunkerque. Mais arrivé en France, il rencontre de l’opposition de la part des musulmans comme il l’explique lui-même :

« A Calais, ils ont vu ma croix autour de mon cou et m’ont dit:«Tu es kurde et tu es chrétien, honte à toi. J’ai alors dit: ‘Pourquoi ? Je suis en Europe, je suis libre, je suis dans un pays libre.’ Ils m’ont dit: «Non, tu n’es pas libre, tu es dans la jungle. La jungle a ses règles, quitte ce camp. Les passeurs qui étaient à l’intérieur du camp étaient kurdes. Ils m’ont dit alors : «Nous allons dire aux Algériens et aux Marocains de te tuer. »

Il a partagé cela dans un autre camp, et les musulmans ont mis le feu à sa tente. Il a dit qu’il a finalement déménagé après que l’un de ses assaillants lui ait dit: « Tu es  un pasteur kurde, j’ai entendu parler de toi.  »

« Il était vraiment dangereux, comme un gangster. J’avais vraiment peur », a t-il ajouté.

Cet homme chrétien vit actuellement en Grande-Bretagne, et a déclaré que lorsqu’il obtiendra la permission de travailler, il aimerait être un missionnaire et diriger une église kurde au Royaume-Uni. Son église au Kurdistan, qui était composée de convertis de l’islam, a été fermée par les autorités.

Lorsqu’il a été interrogé sur la façon dont il se sentait sur le fait d’avoir à entrer en contrebande illégalement, il a répondu : « Y a-t-il un autre choix ? Non. Qu’est-ce que tu peux faire ? Trouver une personne qui va te mettre dans le camion. Je sais que c’est la mauvaise façon, mais que faire ?

Plusieurs organisations chrétiennes ont rapporté que les réfugiés chrétiens dans les centres d’asile européens ont été harcelés verbalement ou physiquement par leurs homologues musulmans.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.