Actualité chrétienne

80 migrants ex-musulmans ont été baptisés à Hambourg

  | 

Jeudi dernier, à Hambourg, près de 80 réfugiés musulmans venus d’Iran et d’Afghanistan se sont convertis au christianisme et ont été baptisés. Pour certains observateurs, les motifs de ce changement de religion… pourraient être la volonté d’obtenir l’asile. En Allemagne en effet, les autorités privilégient les demandes des réfugiés chrétiens menacés de peine de mort en cas de retour dans leur propre pays.

Albert Babajan, pasteur de l’église protestante syro-persane Alpha et Oméga qui a organisé jeudi la cérémonie de baptême est bien conscient de cet enjeu, aussi est-il très attentif aux motivations et au témoignage des réfugiés qui souhaitent se faire baptiser.

Pour parvenir à connaître les véritables motivations des réfugiés candidats au baptême, le pasteur Babajan, plutôt que de demander de réciter des versets de la Bible qui ont été mémorisés, préfère demander aux migrants comment leur vie a changé.

« Parce que la foi chrétienne change la façon de penser, la vision du monde. Si quelqu’un me dit que la nuit, il peut dormir à nouveau ou qu’il a pardonné à un ennemi de longue date, alors je sais que, dans son cœur, il est chrétien. »

Il n’hésite d’ailleurs pas à refuser les demandes de certains migrants dont il soupçonne l’intention de vouloir obtenir les papiers par ce biais.

«Si j’ai l’impression que quelqu’un ne croit pas du coeur, alors je ne le baptise pas», a déclaré Babajan.

Lucide, il déclare en effet : « Il y a peut-être 20 ou 30 pour cent qui veulent vraiment entendre l’évangile. Pour ceux qui veulent juste obtenir les papiers, je dois leur montrer la porte … C’est très facile, celui qui ne croira pas ne sera pas baptisé ! »

Après avoir entendu un grand nombre de témoignages, le pasteur Babajan évoque que les motifs de la conversion sont souvent les mêmes : « ils sont déçus par l’Islam. »

A l’exemple de Shima, une femme réfugiée iranienne qui raconte comment l’islam ne lui a jamais apporté la liberté, puisqu’elle vivait dans la peur constante du péché, de nombreux migrants témoignent du changement que Jésus apporte dans leur vie :

« Je cherchais toute ma vie la paix et le bonheur, mais dans l’islam, je ne l’avais pas trouvé. Être chrétienne signifie le bonheur pour moi. »

Solmaz, un autre réfugié iranien a également déclaré :

« Dans l’Islam, nous avons toujours vécu dans la peur de Dieu, la peur du péché, la peur de la punition. Cependant, le Christ est un Dieu d’amour… »

D’autres témoignages montrent également la sincérité de l’engagement dans la foi chrétienne : parmi un groupe d’Iraniens qui s’est fait baptiser récemment, par exemple, certains évoquent les épreuves qu’ils ont subies en Europe au nom du Christ. Beaucoup ont été reniés non seulement par leurs amis, mais également par leurs familles.

Amir témoigne du prix à payer pour sa foi :

« On a craché sur moi en me disant que j’ai trahi l’islam. Mais grâce à la doctrine chrétienne, je peux leur pardonner. »

Le zèle pour témoigner de l’évangile est une autre marque de la sincérité de la conversion, comme c’est le cas pour Shirine qui explique :

« Les réfugiés de mon centre d’accueil comprennent immédiatement que je suis Iranienne. Je me considère comme une missionnaire, je parle aux gens de Jésus. Depuis ma conversion au christianisme, je ne crains personne. »

Jeudi dernier, ce sont donc près de 80 ex-musulmans ayant accepté de suivre Christ qui sont rentrés dans les eaux du baptême dans un lac situé dans un parc de la ville de Hambourg.

Et ce n’est que le début : selon le pasteur Babajan qui a baptisé près de 196 réfugiés et ex-musulmans en 2016, près de 500 personnes pourraient suivre d’ici la fin de l’année.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.