Actualité chrétienne

Vietnam : torture d’une femme de pasteur emprisonné

Actualité chrétienne
  • Apr 29
  • 0

Au Vietnam, l’utilisation de la violence pour empêcher une femme de pasteur impliquée dans une ONG d’assister à une rencontre sur la liberté religieuse a conduit 30 organisations religieuses et des droits de l’homme à travers le monde à réagir. Une déclaration conjointe condamnant ces actions et appelant les autorités du pays à une réaction immédiate a ainsi été rédigée.

Retour sur les faits : le 30 mars dernier, Tan Thi Hong s’apprêtait à se rendre à une rencontre avec David Saperstein, ambassadeur général américain afin d’y aborder le sujet de la liberté religieuse au niveau international lorsqu’elle a été battue et forcée de rentrer chez elle par des fonctionnaires de la province de Gia Lai au Vietnam.

Cette représentante de l’ONG Vietnamese Women for Human Rights allègue que les autorités locales ont agi ainsi pour l’empêcher de participer à cette réunion qui devait se tenir ce jour là sous la supervision des autorités locales. Un fait confirmé par l’ambassadeur lui-même qui a constaté qu’on l’avait bloqué à la porte de l’hôtel dans lequel devait se tenir la rencontre.

La persécution ne s’arrête pas là. Le 14 avril, Tan Thi Hong raconte qu’elle a été enlevée à son domicile, clouée au sol, battue et interrogée par des “agents en civil” sur sa rencontre avec David Saperstein pendant près de trois heures. En raison de ces mauvais traitements, elle a subi d’importantes blessures à la tête, aux genoux, aux jambes, aux mains et aux pieds.

La persécution contre sa famille continue puisque son époux, le pasteur Nguyen Cong Chinh purge actuellement 11 ans de prison après avoir été condamné, en 2012, pour avoir “porté atteinte à l’unité nationale”. Ce responsable chrétien avait plaidé en faveur de la liberté religieuse et pour la démocratie au Vietnam.

Réaction de plusieurs organisations religieuses et des droits de l’homme

Face au mauvais traitement infligé à Tan Thi Hong, 30 organisations religieuses et des ONG impliquées dans la défense des droits de l’homme comme Christian Solidarity Worldwide, Amnesty International, ou encore l’association vietnamienne pour la promotion de la liberté des religions et des croyances ont tout de suite réagit en rédigeant une déclaration conjointe condamnant le traitement de Tan Thi Hong :

«Nous condamnons la torture de Mme Hong, un fait qui semble établi de manière fiable et demandons au gouvernement de la République socialiste du Vietnam d’ouvrir une enquête rapide, indépendante, impartiale et efficace sur les allégations de torture, de poursuivre tout auteur clairement identifié et de fournir à Mme Hong les soins médicaux appropriés”.

Les 30 organisations signataires ont aussi rappelé aux autorités vietnamiennes le caractère “injuste” de l’emprisonnement du pasteur Nguyen en ces termes :

“Il a été arbitrairement détenu pour avoir simplement et pacifiquement pratiqué sa foi et exercé son droit à la liberté de religion et de conviction. Ses activités pacifiques critiquant la politique du gouvernement ne peuvent justifier son emprisonnement continu et le harcèlement constant de sa famille.”

La déclaration conjointe continue en demandant la libération du pasteur vietnamien :

“Nous demandons respectueusement que votre gouvernement libère immédiatement et sans condition le pasteur Nguyen Cong Chinh et montre ainsi le respect du droit et des normes internationales en ce qui concerne les droits de l’homme.”

Les signataires clôturent leur message adressé au gouvernement vietnamien en appelant à enquêter sur les violences subies par Tan Thi Hong et à libérer les prisonniers emprisonner pour leur conviction :

“Nous demandons une enquête approfondie au sujet de la violence contre Tan Thi Hong, la libération du pasteur Nguyen Cong Chinh et d’autres prisonniers détenus pour la défense de la liberté de religion ou de conviction et d’autres droits de l’homme”.

Si la constitution du Vietnam en  principe la liberté de religion, le gouvernement communiste de ce pays contrôle étroitement les pratiques religieuses indépendantes et réprime systématiquement «les individus et les groupes religieux qu’il considère comme contestant son autorité».

About Author

x
Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.