Chrétiens persécutés

L’avocat chrétien Zhang Kai a été libéré

  | 

Zhang Kai, un avocat chrétien chinois des droits de l’homme et défenseur des libertés religieuses a été libéré le 23 Mars 2016. Il avait été arrêté le 25 août 2015 pour « perturbation de l’ordre social, vol et espionnage », après avoir pris part à la défense des chrétiens qui s’opposaient à l’abattage des croix des églises dans la province du Zhejiang.

Selon l’ONG China Aid basée aux États-Unis, Zhang Kai a exprimé sur WeChat, un réseau social qu’il avait été libéré et était de retour dans sa ville natale en Mongolie intérieure en disant :

« Je suis rentré à la maison sans encombre ».

Retour sur la chronologie de l’arrestation de Zhang Kai jusqu’à sa libération

Depuis l’arrivée au pouvoir du président chinois Xi Jinping fin 2012, les autorités ont renforcé leur contrôle de la société civile et des groupes religieux, y compris des quelques 70 millions de chrétiens du pays.

L’année dernière, les autorités de la province du Zhejiang ont lancé une vaste campagne visant à abattre les croix des églises placées sur les sommets des lieux de culte car leur hauteur ne peut  dépasser un dixième de celle de l’édifice. Face à cette opération, de nombreux chrétiens, qui ont opposés une résistance pacifique face aux restrictions restriction de leurs droits à la liberté de religion et de conviction, ont été soutenus par certains avocats et militants des droits de l’homme comme Zhang Kai.

En raison de cette opposition aux actions des autorités, 300 avocats dont Zhang Kai ainsi que des militants chrétiens, des parents et certains associés ont été interrogés, interpellés ou ont tout simplement disparus depuis Juillet 2015. Près d’une dizaine ont été formellement emprisonnés depuis.

Interpellé fin août 2015 juste avant une rencontre programmée avec l’ambassadeur américain pour les Libertés religieuses David Sapersstien, Zhang Kai a  été détenu pendant près de six mois en « résidence surveillée dans un endroit désigné » où il n’a eu aucun contact avec sa famille et son avocat. Il a ensuite été placé en détention criminelle sous différents motifs d’accusation et notamment la perturbation de l’ordre social. Selon le webzine Wenzhou Onlive, la police du Zhejiang aurait déclaré que Zhang Kai était considéré comme le « cerveau » d’une série de « rassemblements religieux illégaux ».

Le 25 février 2016, probablement sous la contrainte, Zhang Kai a été montré par les médias d’État en train de passer aux aveux et admettre qu’il avait perturbé l’ordre social, avait porté atteinte à la sûreté de l’État, et se comportait de manière non professionnelle.

Mervyn Thomas Christian, chef de la direction  de l’ONG Solidarity Worldwide, a salué la libération de Zhang Kai en ces termes :

« Nous saluons la nouvelle de la libération de l’avocat Zhang Kai et le fait qu’il ait pu rentrer chez lui. À ce stade, les conditions de sa libération ne sont pas claires. Nous avons donc réaffirmé notre appel aux autorités chinoises à permettre que Zhang soit libéré sans condition, que son droit à la liberté de mouvement et d’association soit maintenu ainsi que tous les droits et libertés garantis par le droit international et chinois. Nous exprimons également notre préoccupation de constater que plusieurs autres avocats que Zhang Kai, ainsi qu’un certain nombre de pasteurs du Zhejiang restent en détention. Nous exhortons le gouvernement chinois à protéger les droits et la sécurité de ceux qui défendent la liberté de religion ou de conviction et les autres droits de l’homme en Chine « .

Formé à Lee University, Aloys Evina est pasteur de l'Eglise de Dieu en France, membre de la Fédération Protestante de France (FPF) et de la Church of God (Cleveland, Tennessee). Il est exerce son ministère pastoral à La Rochelle, dans le Sud-Ouest de la France.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.