Science et religion

Dieu répond aux prières !

  | 

Dieu répond à nos prières par des moyens parfois surprenants. Jamais je n’aurais imaginé que Dieu réponde aux miennes en me conduisant à créer le site web Savoir et croire .ca. Je remercie le pasteur Aloys Evina du Journal Chrétien de m’avoir invité à me présenter et à donner un aperçu des textes que je publie sur mon site web. Cela m’a permis de faire le point sur l’intervention de Dieu dans ma vie et sur mon service actuel pour Lui.

Une prière auprès de Dieu qui remonte à il y a trente ans

Ma conversion à Christ s’est étalée sur une période de 7 ans, de 1970 à 1977. Après quoi, quatre mouvements ont caractérisé mon engagement chrétien au fil des ans : d’abord, un espoir sans borne; ensuite, une attitude d’exigence envers Dieu; suivie d’un découragement profond face à moi-même; puis, enfin, une période d’intégration spirituelle. C’est dans le cadre de ce dernier mouvement que j’ai appris à jouir du calme intérieur accessible à celles et ceux qui placent leur confiance au Seigneur Jésus-Christ.

Dans un moment de grand désarroi, entre le milieu et la fin des années 1980, j’ai transformé en prière pour moi le souhait exprimé par Job : « Oh! je voudrais que mes paroles soient écrites, qu’elles soient écrites dans un livre; je voudrais qu’avec un burin de fer et avec du plomb elles soient pour toujours gravées dans le roc… » (Job 19:23-24).

Dès ma conversion, en 1977, j’ai investi beaucoup de temps et d’énergie au service du Seigneur et à l’étude de Sa Parole et de la théologie chrétienne. Cela conduisit à ce que l’on me confie des responsabilités de plus en plus importantes dans mon Église locale. Or, moi qui croyais qu’un jour je maîtriserais mieux mes manquements à l’amour, j’ai fini par désespérer au point de donner ma démission du ministère pastoral qui était le mien.

L’histoire que je voulais pouvoir écrire un jour était celle du désarroi face à ce qui me paraissait être une sincérité réelle de ma part envers Dieu et – par ailleurs – les manquements d’amour qui prenaient parfois la forme de colères immenses; colères que je ne parvenais pas à maîtriser. J’ai fini par en conclure que je ne pouvais plus être pasteur.

C’est par obéissance à Dieu que j’ai cru prendre cette décision, mais en même temps, je ne comprenais pas pourquoi Dieu ne m’avait pas donné la force de vaincre ce problème, ni pourquoi il ne m’avait pas permis de dépasser cette difficulté par la puissance de l’Esprit. Au moment où j’ai pris cette décision, je me disais qu’il devait y avoir une dimension importante de la foi chrétienne qui m’avait échappé, mais je ne savais pas ce que c’était.

Je voulais écrire à propos de ma propre sincérité dont je ne doutais pas et de mon désarroi de me trouver devant ce qui me semblait être le plus grand échec de ma vie, car je m’identifiais à « Esdras [qui] avait appliqué son cœur à étudier et à mettre en pratique la loi de l’Éternel, et à enseigner au milieu d’Israël les lois et les ordonnances » (Esdras 7:10). Quitter le ministère de la Parole parce que je ne savais pas obéir à la Parole me tuait !

Les vingt ans qui ont suivi cette décision m’ont permis d’apprendre peu à peu ce que Dieu voulait m’enseigner, au plan personnel et humain, comme au plan relationnel et conjugal.  Ce projet d’écrire un jour mon histoire ne me quittait pas et en fait orientait mes choix personnels et professionnels, car je déployais beaucoup d’énergie pour me rendre apte à exprimer un jour ce que j’aurais fini par comprendre à propos de mon histoire.

Une réponse au-delà de toute espérance : le site Savoir et croire .ca

Avec le temps, Dieu m’a guéri et consolé aussi. J’ai fini par comprendre quelles étaient les mesures qui s’imposaient dans ma vie pour agir d’une manière digne de Son nom, même dans mes plus grands moments de tristesse, d’angoisse ou de déroute intérieure.

Aujourd’hui, mon épouse et moi sommes ensemble responsables de l’un des petits groupes de notre communauté de foi, et je fais partie de l’équipe des enseignants de celle-ci.

J’ai aussi la joie d’être le fondateur du site Web Savoir et croire .ca. Joie et bonheur,  puisque, par ce site, Dieu répond à ma prière de jadis, de raconter mon histoire. Mais cette histoire n’est plus seulement la mienne; elle est aussi celle des chrétiens troublés par l’écart qu’ils constatent parfois entre leur vie telle qu’ils la vivent et leur idéal d’obéissance à Dieu.

Bien qu’étroitement lié au désir d’encourager les chrétiens qui ont perdu espoir quant à leur capacité de vivre pour Christ, mon site poursuit également d’autres objectifs, par exemple : favoriser la compréhension du christianisme; lever les préjugés contre la foi chrétienne et contre ceux qui y adhèrent; puis, accroître l’acceptation entre les diverses traditions chrétiennes demeurées attachées et fidèles à la Parole de Dieu.

Le leitmotiv ou thème « Savoir et croire : des alliés déchirés, mais indissociables », associé au nom du site, cherche à exprimer une réponse à ceux qui donnent à penser que la foi chrétienne serait sans fondement, par opposition aux savoirs humains, que l’on a tendance à percevoir comme appuyés sur des bases incontestables. Certains parlent comme s’ils croyaient vraiment qu’il faille choisir entre le savoir ou le croire, alors qu’en fait, le savoir et le croire sont des alliés indissociables – dans tous les domaines !

Le savoir qui sous-tend la foi chrétienne se trouve dans les Écritures Saintes, produites et éclairées par le Saint-Esprit. Ce sont elles qui nous permettent de savoir qui est Dieu et comment nous pouvons parvenir au salut. C’est l’Esprit qui nous convainc que nous en avons besoin et qui nous pousse à nous tourner vers Lui. Les sciences quant à elles appuient leurs certitudes sur plusieurs couches d’hypothèses auxquelles font confiance ceux qui en découvrent les implications technologiques, parfois extraordinaires.

En christianisme, tout comme en science, le savoir ne nous tombe pas dessus comme par magie, il faut se donner la discipline d’apprendre pour se faire une idée de la réalité et pour parvenir à mettre en pratique ce que l’on sait… après l’avoir appris; d’où les catégories suivantes : apprendre, savoir, croire et agir. La capacité de vivre pour Dieu est en effet quelque chose qui ne nous tombe pas sur la tête soudainement et entièrement formée. Elle se doit d’être cultivée, jour après jour, année après année, tout au long de notre vie.

Autour de ces quatre thématiques que sont apprendre, savoir, croire et agir, le site Savoir et croire .ca propose des réflexions sur le contenu des Écritures et sur leur compréhension à la lumière des savoirs contemporains, de même que des témoignages sur des thèmes visant à favoriser une meilleure compréhension de la foi chrétienne.

Rendre gloire à Dieu !

Si je dis à l’une de mes filles que je ferai quelque chose, elles savent qu’elles peuvent compter sur moi et que je le ferai. Une fois que j’ai fait cette chose, elles me disent merci. Pourquoi n’en serait-il pas ainsi pour nous envers Dieu lorsqu’il répond à une demande que nous lui avons faite ? L’enjeu est bien plus vaste que les quelques mots du présent article ne peuvent le laisser transparaître. Dieu a œuvré dans ma vie au fil des ans de manière à produire une guérison d’une ampleur que je n’aurais pas soupçonnée possible; il m’a aussi instrumenté pour mettre en mots ce qu’il fait en moi, afin que je le partage à d’autres.

Je souhaite par le présent article rendre hommage à Dieu de ce qu’Il a fait dans ma vie au fil des ans et, par mon témoignage, encourager à se confier en Lui ceux qui souffrent.

Daniel Garneau du Canada

Daniel Garneau, B Th, B Com, MA, est fondateur du site Savoir et croire .ca. Ses principaux objectifs sont : encourager les chrétiens qui ont perdu espoir quant à leur capacité de vivre pour Christ; favoriser la compréhension de ce en quoi consiste le christianisme; contribuer à lever les préjugés contre ceux qui s'identifient à Jésus-Christ dans leur vie quotidienne et osent en parler; aider à accroître l'acceptation réciproque entre les diverses traditions chrétiennes demeurées attachées à la Parole de Dieu.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.