Chrétiens en Afghanistan

Rula Ghani, Première dame d’Afghanistan, est chrétienne

  | 

Rula Ghani, l’épouse du président afghan Ashraf Ghani, est chrétienne. Engagée pour améliorer la situation de la femme afghane, elle ne s’attendait pas à devenir, dans cette République Islamique, un modèle pour des millions de gens.

Rula Ghani, née Rula Saade en 194 au Liban, a été élevée dans une famille chrétienne maronite [1. Les maronites sont des chrétiens catholiques orientaux, descendant du peuple assyrien]. Effectuant une partie de sa scolarité en France, elle fait ses études comme lycéenne dans un établissement catholique et passe son baccalauréat avant d’intégrer le prestigieux Institut d’études politiques de Paris (IEP de Paris), communément nommé « Sciences Po », un établissement renommé au niveau international dans le domaine des relations internationales et des sciences humaines et sociales.

C’est à l’université américaine de Beyrouth au Liban où elle obtient un master en sciences politiques qu’elle rencontre Ashraf Ghani. En 1975, ils se marient et fondent une famille. Deux enfants, Mariam et Tarek, naîtront de cette union.

Ensemble, le couple poursuit ensuite aux États-Unis un brillant parcours universitaire, qui les conduira notamment à l’Université Columbia de New York, un établissement très renommé où Rula Ghani obtiendra, en 1983, un master de journalisme.

Rula Ghani est chrétienne libanaise mondialement connue en pour être l'épouse du président afghan Ashraf Ghani. Elle est Première dame d'Afghanistan depuis 2014

Rula Ghani est chrétienne libanaise mondialement connue en pour être l’épouse du président afghan Ashraf Ghani. Elle est Première dame d’Afghanistan depuis 2014


Suivant son mari à Washington pour son travail où il occupera successivement différents postes à l’université de Berkeley, à Johns Hopkins et à la Banque Mondiale, Rula Ghani s’investira, quant à elle, dans différentes associations caritatives, dont l’ONG Ashiana consacrée à la situation des enfants des rues afghans.

En 1978, en raison du fragile équilibre de l’Afghanistan lié à un coup d’état communiste, le retour au pays du jeune couple ne sera alors pas envisageable et les conduiront à rester aux États-Unis pendant 30 ans.

C’est après les attentats du 11 septembre 2001 et la chute des talibans que la destinée du couple Ghani bascule. Sollicité pour participer à la reconstruction de l’État afghan, Ashraf Ghani rejoint son pays et occupe différents postes qui le conduiront en février 2002 à rejoindre le gouvernement intérimaire afghan dirigé par Hamid Karzaï. En juillet, alors qu’il prend les fonctions de ministre des Finances, Rula Ghani, hautement diplômée et parfaitement polyglotte puisqu’elle parle anglais, français, arabe, farsi et pachtou le rejoint.

Occupant ce poste au Ministère des Finances jusqu’en 2004, Ashraf Ghani est élu, le 29 septembre 2014, président de la République islamique d’Afghanistan. Rula Ghani, comme étrangère et chrétienne, est alors propulsée comme Première dame d’Afghanistan, une identité qui lui a valu, tout au long de la campagne présidentielle, d’être la cible des adversaires de son mari.

Dès l’élection, et pour mettre fin aux reproches qui lui sont adressés, Rula Ghani accepte les interviews sur les chaînes nationales et fait preuve d’exemplarité par son attitude. Parlant le Dari, elle se présente voilée et habillée de façon décente à tous les Afghans, marquant ainsi d’un point positif le début de sa marche au côté de son mari devenu chef d’État :

« J’ai pu démontrer que je connaissais l’Afghanistan », pourra-t-elle déclarer à ce sujet.

Le premier à rendre hommage à sa femme chrétienne sera le Président Ashraf Ghani lui-même qui la remerciera au cours de son discours d’inauguration en tant que Président, de son travail et de son soutien. Un fait rare dans une société où la reconnaissance des droits des femmes n’est pas une priorité.

Son comportement discret au côté du chef de l’État va marquer les esprits, et forcera chacun au respect alors qu’elle s’engagera ultérieurement dans la défense des droits des femmes.

Rula-Ghani,-Première-dame-d'Afghanistan,-est-chrétienneUn évènement auquel elle assistera va en effet la conduire à s’engager de manière très active dans son combat pour l’intégration et le droit des femmes dans la société. Assistant au lynchage d’une afghane brûlée vive sous ses yeux en raison d’un présumé blasphème, Rula Ghani va pousser son mari à agir, ce qu’il va faire en ordonnant une enquête sur ce sujet. Elle se lance aussi un défi : militer pour le droit des femmes dans son pays d’adoption.

Consciente que la vie des femmes a bien changé depuis les années 70 et n’est plus ce qu’elle était, elle veut les aider à être respectées, plus sûres d’elles-mêmes et à prendre pleinement leur place dans la société.

Un combat qui est loin d’être facile et qui n’est pas gagné, tant les obstacles sont nombreux. Non seulement parce qu’elle est une femme, mais aussi et surtout, peut-être, parce qu’elle est étrangère et chrétienne, une menace pour l’islam, notamment pour les hommes extrémistes musulmans. Menacée de mort par ces derniers tout comme son époux, notamment parce qu’elle est accusée de vouloir convertir les femmes afghanes au christianisme, la Première dame d’Afghanistan est pourtant devenue, ce qui l’étonne elle-même, un modèle, un symbole d’émancipation pour toutes les afghanes.

Formé à Lee University, Aloys Evina est pasteur de l'Eglise de Dieu en France, membre de la Fédération Protestante de France (FPF) et de la Church of God (Cleveland, Tennessee). Il est exerce son ministère pastoral à La Rochelle, dans le Sud-Ouest de la France.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.