Chrétiens persécutés

Le pasteur Farshid Fathi Malayeri libéré après cinq ans de prison

  | 

Le pasteur iranien Farshid Fathi Malayeri a été libéré le 21 décembre 2015 de la prison Rajai Shahr, à Karaj, dans la province d’Alborz. Il a été condamné en 2012 à six ans de prison pour avoir abandonné l’islam et embrassé la foi chrétienne. Son épouse Leila a quitté l’Iran avec leur fils Bardia et leur fille Rosana.

Le pasteur Farshid Fathi Malayeri est sorti de prison

Le pasteur Farshid Fathi Malayeri est sorti de prison

Issu d’une famille musulmane, Farshid Fathi Malayeri est devenu chrétien à l’âge de 17 ans et au moment de son arrestation en 2010, il travaillait à plein temps en tant que pasteur des Assemblées de Dieu iraniennes.

Après 15 mois d’incarcération à la prison d’Evin à Téhéran, il a été jugé le 5 mars 2012, avec comme chef d’accusation « atteinte à la sécurité nationale, au-travers de sa participation à une organisation chrétienne, de récoltes de fonds, et de propagande contre le régime islamique par la propagation du christianisme dans le pays. » Les détails de son procès n’ont pas été publiés.

En Août 2014, Farshid Fathi a été transféré à la prison de Rajaei-Shahr, une prison très dure qualifiée de «camp de concentration». Quand Farshid Fathi est apparu à la Court Révolutionnaire en décembre 2014, il a nié l’ensemble des accusations  portées contre lui.

Farshid Fathi Malayeri, pasteur des Assemblées de Dieu en Iran

Farshid Fathi Malayeri, pasteur des Assemblées de Dieu en Iran

Le 21 décembre 2015, Farshid Fathi Malayeri a été libéré après avoir passé cinq ans de sa vie en prison à cause de sa foi en Jésus. Andy Dipper, directeur général de Christian Solidarity Worldwide, a salué cette libération qui est intervenue avant les fêtes de fin d’année, mais il a aussi exprimé sa préoccupation sur l’avenir des chrétiens en Iran.

« Nous restons profondément préoccupés par le traitement des chrétiens en Iran, qui sont victimes de harcèlement, de mauvais traitements et d’emprisonnements arbitraires pour avoir exercé leur droit à la liberté de religion ou de conviction », a déclaré Andy Dipper.

Cette inquiétude est justifiée quand on sait que le chef suprême de l’Iran, Seyyed Ali Khamenei, a appelé les autorités iraniennes à régler le problème des églises de maison. Cet appel a été suivi d’une vague de surveillance et d’arrestation contre les chrétiens, avec la détention spécialement longue des leaders d’églises de maison.

Formé à Lee University, Aloys Evina est pasteur de l'Eglise de Dieu en France, membre de la Fédération Protestante de France (FPF) et de la Church of God (Cleveland, Tennessee). Il est exerce son ministère pastoral à La Rochelle, dans le Sud-Ouest de la France.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.