International

Mindanao : neuf civils tués à la veille de Noël

  | 

Un groupe rebelle de séparatistes musulmans a tué neuf civils dans le sud des Philippines dans une série d’attaques perpétrées à la veille de Noël. Sur une vidéo publiée sur You tube, ce groupe nommé ‘les combattants Bangsamoro pour la Liberté islamique’ a fait allégeance à l’État islamique du Moyen-Orient, mais ce lien avec les djihadistes reste encore à établir.

Détaché depuis 2011 du groupe musulman rebelle principal aux Philippines, le groupe des combattants Bangsamoro  pour la Liberté islamique (Bangsamoro Islamic Freedom Fighters) se bat depuis cette date pour créer un État islamique dans le sud du pays principalement catholique.

Opposé à l’accord de paix entre le gouvernement et le Front de libération islamique Moro (le groupe rebelle dont il s’est séparé), les combattants Bangsamoro ont attaqué, à la veille de Noël, une ville agricole dans la province du Sultan Kudarat sur l’île méridionale de Mindanao.

Selon Miriam Ferrer, négociateur en chef des négociations de paix aux Philippines, sept agriculteurs qui travaillaient dans leurs rizières ont été abattus à bout portant au cours de cette agression. Après avoir pris en otage des civils pour les utiliser comme boucliers humains, quatre combattants Bangsamoro ont finalement perdu la vie au cours de l’affrontement avec les troupes de l’armée et les otages ont été libérés.

Deux autres civils ont été, quant à eux, assassinés à la grenade contre une chapelle dans la province voisine de Cobabato-Nord.

Selon le témoignage des fonctionnaires de police, aucun lien n’a pu être établi pour le moment entre les combattants Bangsamoro qui ont déclaré avoir fait allégeance à l’État islamique du Moyen-Orient.  Il n’y a aucune preuve non plus du fait que des combattants de ce groupe auraient pu voyager en Irak ou en Syrie pour s’entraîner avec Daesch.

L’attaque dans le Sultan Kudarat montre à quel point la situation à Mindanao reste fragile, malgré l’avancée des accords de paix. Les négociations menées entre le gouvernement et les principaux rebelles musulmans avaient permis d’aboutir à partir de mars 2014, à la signature d’un accord stipulant le démantèlement de l’armée de guérilla en échange de l’autonomie de la minorité Moro.

Mettant  fin à un conflit qui a tué plus de 120 000 personnes et déplacé 2 millions d’entre eux, la situation reste cependant tendue dans cette région. Les forces de sécurité ont en effet été en état d’alerte accrue autour des centres commerciaux, des églises, des gares routières et des terminaux de ferry pendant les vacances de Noël pour se prémunir contre d’éventuelles attaques.

Si le cessez-le feu décrété sur 12 jours à partir du 23 décembre à l’occasion de Noël et des fêtes de fin d’année a été respecté entre le gouvernement Philippin et la guérilla communiste a été respecté, c’est aussi le cas de l’accord de paix signé avec le Front Moro islamique de libération.

Reste l’action de groupuscules islamistes très actifs qui s’opposent toujours à l’accord de paix comme c’est le cas des combattants Bangsamoro pour la Liberté islamique qui rend la situation très instable.

Isabelle Goepp

Diplômée d'un master II de psychologie de l'éducation, Isabelle a travaillé pendant une vingtaine d'année dans le domaine médico-social. Désireuse d'approfondir sa connaissance de la Parole de Dieu, elle s'est formée pendant un an à l'Institut Biblique Européen.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.