Actualité chrétienne

Les chrétiens du Népal face à la loi anti-prosélytisme

  | 

Dans la nouvelle constitution signée récemment, le Président du Népal a décidé de confirmer l’interdiction de toute forme de prosélytisme dans le pays. Cette interdiction, qui était déjà inscrite dans la constitution provisoire appliquée au cours des sept dernières années, constitue un sérieux revers pour le témoignage des chrétiens dans le pays dont le nombre ne cesse pourtant de s’accroître malgré les restrictions imposées et les persécutions subies.

Dans la nouvelle constitution signée par le président du Népal le 20 septembre de cette année, est considéré comme hors la loi « tout acte visant à convertir une personne d’une religion à une autre ou tout acte ou comportement visant à saper ou à compromettre la religion de l’autre. » La violation de cette loi est passible de prison et/ou d’amendes. Selon des avocats de « Christian Solidarity Worldwide », par cet article de loi, le Népal refuse de se conformer aux droits individuels (dont fait partie le choix de religion) requis par les traités internationaux que le Président lui-même a pourtant  signé et ratifié.

Les chrétiens sont néanmoins soulagés de savoir que, malgré la pression exercée par des groupes extrémistes pour rétablir la monarchie hindoue et interdire toutes les conversions religieuses, le Président a finalement refusé cette demande et décidé de décréter que le Népal était un État laïc, permettant une neutralité envers toutes les religions.

Quelques années auront été nécessaires pour passer d’une monarchie hindoue à une république constitutionnelle et laïque. Cette transition, engagée depuis 2008 ne s’est pourtant pas fait sans heurt puisque trois églises ont été attaquées et de nombreux chrétiens ont dû faire face à la violence. Et cela pourrait ne pas être la fin.

Selon un des leaders du gouvernement, en effet, les groupes extrémistes hindous n’ont pas dit leur dernier mot et certaines réactions violentes sont à craindre, principalement dans certaines zones non encore atteintes à l’évangile.

Au Népal, le christianisme a pourtant prospéré malgré les restrictions juridiques appliquées au cours des dernières années. Même dans la période la plus difficile qu’ont dû affronter entre les années 1980 et 1990, certaines organisations ont appris à annoncer Christ de manière secrète. Des cours bibliques par correspondances ont par exemple été envoyés, et voici comment.

Dans une organisation chrétienne, dont le nom est gardé secret pour des raisons de sécurité, une femme a eu l’idée d’écrire à 100 jeunes qui avaient laissés leur coordonnée sur la dernière page d’un magazine pour rencontrer l’amour. A chacun, elle disait :

« si l’un de vos amis veut lire mes lettres et aimerait en savoir plus sur Jésus, alors, s’il vous plaît, envoyez moi leurs adresses. »

Les personnes contactées ont alors envoyé des adresses de leurs amis et de leurs parents, et dès 1992, grâce à cette idée ingénieuse, le ministère a débuté. Des élèves ont commencé les cours par correspondance, mais deux ans plus tard, les personnes qui avaient obtenu leur diplôme les ont renvoyé au dirigeant de l’organisation chrétienne.

« Certains certificats avaient été mis en pièces. Ils n’ont pas accepté les certificats. Le problème était qu’ils voulaient plus de l’Évangile. Ce fut leur façon de protester »

Certains des étudiants sont en effet venu au bureau de l’organisation pour dire qu’ils désiraient en savoir davantage sur la Bible, d’autres ont attendu deux jours devant la boîte postale du ministère pour aborder les dirigeants et demander plus d’instruction.

« C’était nouveau, beaucoup n’avaient jamais entendu le nom de Christ avant. Ils voulaient savoir qui étaient les personnes qui envoyaient tous ce matériel sur l’Évangile. A l’exception d’une personne, ils étaient tous diplômés des collèges. Certains étaient dans la police et dans l’armée, d’autres étaient des juges et des professeurs. »

Pour la première session de formation sur place, 50 invitations ont été envoyées, mais ce sont 265 personnes qui se sont présentées.

Le Directeur a déclaré à ce propos :

« Nous avons pensé que 10 pourraient se présenter. Sur une session de sept jours, et à la fin de la formation, plus de 100 personnes ont été baptisées. »

Depuis cette période, c’est plus de 500.000 élèves de 75 districts du Népal qui se sont inscrits dans les cours bibliques par correspondance, et 50.000 d’entre eux sont allés jusqu’au bout.

Les cours bibliques par correspondance ont été conçus pour atteindre les hindous (75 pour cent de la population), les bouddhistes (16 pour cent), les animistes et les communistes. Après avoir eu des cours bibliques, plus de 10.000 étudiants ont pris part au processus de formation de disciples du ministère (formation de leaders chrétiens, d’ouvriers évangéliques, de pasteurs…)

« Quand il y avait la persécution, professer le nom du Christ était très coûteux, mais depuis que le gouvernement est devenu laïque et qu’il y a plus de liberté, beaucoup de faux enseignements sont arrivés, et il est donc impératif qu’ils sachent ce qu’est le vrai enseignement »a expliqué le directeur de cette organisation chrétienne.

Le besoin de formation est d’autant plus important qu’en cinq ans, la population chrétienne, majoritairement évangéliques est passée de 850 801 personnes à environ 1 million. Malgré l’interdiction du prosélytisme, l’église grandit… connaissant une croissance spectaculaire.

Avec 309 groupes du Népal non atteints, Operation World a estimé que 55 % de la population du Népal n’avait jamais entendu l’Évangile.

Formé à Lee University, Aloys Evina est pasteur de l'Eglise de Dieu en France, membre de la Fédération Protestante de France (FPF) et de la Church of God (Cleveland, Tennessee). Il est exerce son ministère pastoral à La Rochelle, dans le Sud-Ouest de la France.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.