Chrétiens d'Orient

Plan d’extermination des chrétiens d’Irak ?

  | 

Depuis plusieurs mois, les chrétiens fuient nombreux vers les pays voisins, Jordanie, Syrie et Turquie. Ils se retrouvent dans des camps de réfugiés bondés et doivent lutter pour leur survie. Christian Solidarity International ne relâche pas ses efforts pour soutenir, en Irak même, par une aide matérielle et des encouragements, les chrétiens persécutés. La longue présence chrétienne en Irak doit pouvoir être maintenue. Dans les cas particulièrement graves de personnes dont la vie et l’intégrité corporelle sont menacées, des organisations chrétiennes se mobilisent en faveur de leur accueil en Europe.

L’avenir des chrétiens est incertain. KEY

L’avenir des chrétiens est incertain. KEY

Fuir ou tenir bon : une grave décision à prendre, pour les chrétiens en Irak. L’aide matérielle et les encouragements de CSI sur place apportent, à ceux qui sont restés dans le pays, une lueur d’espoir.

«Ne vous réjouissez pas trop tôt, après Shabbat vient dimanche!» Ces mots prononcés par une voisine juive résonnent encore aux oreilles de Habiba Yusef (nom d’emprunt), une chrétienne âgée de 75 ans. Il y a soixante ans, cette voisine juive a dû s’enfuir de son village. A l’époque, les Juifs étaient persécutés et chassés du pays. Actuellement, en Irak, ils seraient moins de dix.

La synagogue détruite d’el Kosh. CSI

La synagogue détruite d’el Kosh. CSI

A el Kosh, la synagogue du prophète Nahum tombe en ruines. Par cette phrase de mise en garde, cette Juive voulait dire que les chrétiens, à leur tour, seraient aussi, certainement, bientôt, chassés du pays. C’est effectivement ce qui est arrivé. Les chrétiens irakiens sont victimes d’assassinats et d’expulsions. Le 12 juillet 2009, des charges explosives placées devant cinq églises ont encore semé la mort et la désolation.

Plan d’extermination

Depuis plusieurs mois, les chrétiens fuient nombreux vers les pays voisins, Jordanie, Syrie et Turquie. Ils se retrouvent dans des camps de réfugiés bondés et doivent lutter pour leur survie. Ainsi, la chrétienté, installée en Irak depuis près de deux mille ans, se dirige, à grande vitesse, vers son extermination. Dans les villages et les villes de la plaine de Ninive, au nord, où de nombreux chrétiens ont trouvé refuge, règne une grande pauvreté. Même les spécialistes de bon niveau ont de la peine à trouver du travail. En outre, les services publics de distribution d’eau et d’électricité, ainsi que le ramassage des ordures, ne fonctionnent pas.

Grave décision

Faut-il tenir bon dans le pays ou plutôt fuir à l’étranger? Une grave décision à prendre, pour les chrétiens qui se trouvent dans cette situation de détresse. Elham Yakoun Isa est veuve et doit nourrir huit enfants. Son mari a été tué lors d’une attaque terroriste. L’alternance de désespoir et d’espoir la pousse souvent à la limite de sa résistance psychique. Eman Isac Hanna, épouse du Dr Raad Oghestian Kiryakos, un médecin compétent assassiné, raconte avec émotion sa tragédie :

«Mon mari recevait des lettres de menace. Elles étaient glissées sous la porte d’entrée. Deux de ses collègues ont reçu un CD sur lequel avaient été enregistrées d’effroyables scènes de torture. C’était pour les intimider. Un jour, des hommes ont fait irruption dans sa clinique et ont demandé où se trouvait le médecin chrétien. Ils ont alors expulsé tous les patients de la salle d’attente et ont abattu mon mari.»

Après de pareils évènements, il est plus que compréhensible que de nombreux chrétiens veuillent quitter le pays. Mais, il y a aussi d’autres raisonnements.

Ne nous éliminez pas!

L’évêque auxiliaire chaldéen de Kirkuk Louis Sako a exhorté ses coreligionnaires: «Tenir bon, pour continuer à rendre témoignage par notre présence». À el Kosh, le poète et écrivain chrétien Yousef Issac Zara a supplié la communauté internationale de ne pas encourager les jeunes irakiens chrétiens à émigrer:

«De grâce, ne nous éliminez pas ! Notre patrie sera perdue, si des pays comme les USA et l’Australie nous accueillent. Une telle politique ferait plaisir à nos ennemis.»

Si tous les chrétiens partent, les islamistes auront atteint l’un de leurs buts. Les précurseurs assyriens des chrétiens irakiens appartiennent à l’une des premières nations à avoir professé le christianisme. Jusqu’à aujourd’hui, ils gardent fermement la foi dont ils ont hérité et donnent – ce qui est rare de notre temps – un témoignage de fidélité chrétienne et de grande piété.

Formé à Lee University, Aloys Evina est pasteur de l'Eglise de Dieu en France, membre de la Fédération Protestante de France (FPF) et de la Church of God (Cleveland, Tennessee). Il est exerce son ministère pastoral à La Rochelle, dans le Sud-Ouest de la France.

Aimez le Journal Chrétien !Vous aimez déjà ? Vous pouvez fermer cette page.